Internet 4G, c'est vraiment parti avec Bouygues Telecom

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La 4G, la quatrième génération d'internet, connaît un coup d'accélérateur avec le lancement de l'offre de Bouygues. C'est le début d'une grande aventure, à la fois technologique et économique.

On met les petits plats dans les grands en présence de la ministre chargée de l'Economie numérique Fleur Pellerin. Dès ce mardi 1er octobre à 20h40, 40 millions de Français seront couverts. Bouygues Telecom s'engage dès aujourd'hui à desservir un peu plus de 60% de la population contre 40% à ses concurrents Orange et SFR. FREE est un cas à part car il n'a toujours pas de contrat d'itinérance.

La quatrième génération d'internet... qu'est-ce que cela représente exactement ?

Certains s'étonneront de voir que l'on passe déjà à la 4G alors que la 3G n'a pas encore fait toutes ses preuves dans les zones desservies. Concrètement, c'est ce que l'on appelle le Très Haut Débit qui va permettre d'utiliser internet sur nos télephones mobiles aussi rapidement qu'avec la ligne fixe à la maison. Le débit sera 4 à 5 fois plus élevé. On pourra ainsi télécharger 1 photo de 2 Mega octets en 1 seconde contre 10 aujourd'hui ; un film en 3 ou 4 minutes au lieu de 50 ou 55 actuellement... pas plus d'une minute pour un album de musique... bref, dans un monde qui court déjà très vite, on va surfer encore plus rapidement.

***Des contenus plus riches et des prix plus élevés


Des fournisseurs de contenus vont pouvoir émerger et ceux qui existent déjà vont pouvoir améliorer leur offre. Et puis à la clef en aval : l'emploi... on estime à 5.000 le nombre de créations de postes possibles à court terme par les opérateurs et sous-traitants. Quant aux tarifs des services, ils vont remonter. Les opérateurs vont compenser la chute des prix et les baisses de marges qu'avait entraîné l'arrivée de FREE sur le marché. Reste le matériel et le consommateur. Le consommateur est plutôt encore attentiste et préfère différer son investissement pour ne pas essuyer les plâtres. Seuls 6% des personnes représentatives interrogées par le cabinet Deloitte sont aujourd'hui équipées d'un mobile compatible à la 4G, 4% seulement disposent d'un abonnement.

La 4G est déjà installée dans plusieurs régions. Pourquoi met-on l'accent sur Bouygues ?

Annoncer que l'on va permettre d'un seul coup à plus de 60% de la population d'être servie, c'est un effet d'annonce indéniable. En fait, Bouygues va utiliser un gros tuyau pour se permettre ce pari technologique. Il va recourir à la bande de 1800 MGZ que l'ARCEP, l'Autorité de régulation des télecoms, l'a autorisé à reconvertir. SFR et ORANGE doivent se contenter de bandes passantes bien inférieures. C'est un avantage comparatif et compétitif évident pour Bouygues que ses concurrents pourraient dénoncer officiellement, mais il n'y a aucun angle d'attaque juridique possible.
La guerre va se jouer ailleurs. Sur le terrain, en matière d'offres. Et puis peut-être assistera-t-on à des rapprochements ou des accords de coopération. L'aventure de fait que commencer.

Vous êtes à nouveau en ligne