Foire industrielle de Hanovre, la Chine s'impose en Europe

Gros plan ce matin sur la Foire de Hanovre en Allemagne qui referme ses portes ce soir… c’est le rendez-vous international, et incontournable, de l’industrie. C’est aussi un excellent thermomètre des relations économiques entre les différentes régions du monde.

La Foire de Hanovre, ce sont 5.000 exposants en provenance 70 pays… tous les grands industriels réunis pour montrer le meilleur d’eux-mêmes, échanger sur leurs dernières technologies et recruter la matière grise de demain. Pour les capitaines d’industrie, c’est « voir Hanovre et mourir ».
L’année dernière, la France en était l’invitée d’honneur… cette année, c’est la Chine avec 470 exposants au total contre 120 uniquement pour l’hexagone. Ce qui est peu et regrettable car cette manifestation est au cœur de la stratégie de conquête des marchés de demain.


La Chine l'a bien compris ! *

L'Allemagne aussi ! L’Empire du Milieu est considéré comme un eldorado économique par beaucoup de pays occidentaux et l’Allemagne y jette toutes ses forces. Pour preuve : l’inauguration de cette 65ème édition le week-end dernier par la Chancelière Angela MERKEL et le Premier ministre chinois Wen JIABAO a permis à ces deux personnalités de se rencontrer pour la… troisième fois en un an. L’Allemagne est devenue le premier partenaire européen de l’Empire du Milieu avec des échanges commerciaux de 145 milliards d’euros, en constante progression. A l’heure de la crise en Europe et en période de récession, la conquête d’un terrain fertile est la bienvenue pour des groupes comme SIEMENS, VOLKSWAGEN ou BASF. Sur la grande scène industrielle mondiale, la concurrence asiatique à faibles coûts de main d’œuvre menace ? Et bien allons tuer le germe directement dans l’œuf. Si l’Allemagne est la première destination des industriels chinois en Europe avec 629 millions d’euros d’investissements, le montant des investissements teutons en Chine représente la bagatelle de 22 milliards d’euros.

Quel intérêt en tirent les deux parties ?

Intérêt industriel et géopolitique. Sur le plan strictement industriel, les chinois, qui ont encore beaucoup d’efforts à fournir en terme environnemental, ont trouvé cette année à Hanovre une offre allemande conséquente en matière de technologies vertes. Sur le plan de la géopolitique-économique (ou géoéconomie), l’Allemagne devient l’interlocuteur privilégié de Pékin en Europe, réduisant d'autant la marge de manœuvre de ses partenaires. Lundi, le Premier ministre chinois Wen Jiabao s'est envolé pour la Pologne où il a ouvert le Forum Economique Chine-Europe... il y a annoncé la création d'une ligne de crédit de quelque 8 milliards d'euros pour des projets de coopération. L'offensive commerciale de Pékin sur le Vieux continent est sur les rails.

Vous êtes à nouveau en ligne