Europe, un noyau dur sinon rien

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La crise de la dette en Europe au menu d'un tête à tête entre Nicolas SARKOZY et Angela MERKEL hier à Berlin... que doit-on retenir de ce rendez-vous ?

Et bien de prime abord, pas grand chose car aucune mesure concrète n'a été annoncée à l'issue de cet entretien, si ce n'est une promesse : celle d'une réponse rapide à la crise avant la fin octobre... des réponses "durables et globales" pour reprendre les propres termes du Président de la République français. Sur le fond, Paris et Berlin ont voulu affirmer leur totale entente sur les modalités et la finalité du processus de recapitalisation des banques en Europe. A ce sujet, rien n'était gagné... les rumeurs de désaccord s'étaient multipliées ces derniers jours. En fait, le couple franco-allemand ne peut pas négliger deux prochaines réunions importantes : celle du sommet européen qui se tiendra les 17 et 18 octobre, immédiatement suivi, début novembre, du G20 à Cannes... deux rendez-vous internationaux à saisir pour envoyer un message fort à l'opinion publique et aux marchés.

Nicolas SARKOZY et Angela MERKEL ont également laissé entendre une possible révision des Traités européens...

C'est certainement le message le plus fort qu'il faudra retenir de ce tête à tête. En annonçant qu'ils travaillaient à un certain nombre d'adaptations des traités pour renforcer l'intégration de la zone euro, le Président français et la chancelière allemande ont répondu à celles et ceux qui doutent de la solidité du couple franco-allemand. On verra d'ici la fin octobre qu'on n'en est plus aux simples déclarations de principes... Paris et Berlin sont obligés d'annoncer du concret car, plus loin que la seule Grèce ou d'autres pays en difficultés, c'est le couple franco-allemand qui est aujourd'hui testé sur la scène internationale. D'où la nécessité de communiquer avant le G20. Après, il sera trop tard... de telles occasions ne se ratent pas, surtout quand c'est la France qui préside le groupe des pays industrialisés.

Quels pourraient être les chantiers communs ?

On peut imaginer plein de scénarios... mais les dossiers qui ressortent en priorité selon les observateurs tourneraient autour de la fiscalité et du budget. Quid d'une fiscalité commune franco-allemande ? Quid de la définition d'objectifs communs pour construire le budget de part et d'autre Rhin ?... "commun"... le mot risque de revenir souvent dans les prochaines semaines... on est bel et bien en train d'assister à un renforcement du fameux "noyau dur" européen.

Vous êtes à nouveau en ligne