Crise grecque : les outils pour éviter la contagion

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La messe semble dite en Grèce. Le gouvernement a instauré le contrôle des capitaux. Les banques sont fermées pour une semaine et les retraits aux guichets limités à 60 euros par jour et par personne. Quels que soient les scénarii envisagés – sortie ou non de la zone euro –, la vraie interrogation porte sur les conséquences pour le reste de l’Europe

Existe-t-il des garde-fous – sans mauvais jeu de mots – pour éviter une contagion, ne serait-ce que psychologique, aux autres pays européens ? Oui, les pare-feux existent, au premier rang desquels le pragmatisme de la BCE et du FMI face au jusqu’au-boutisme d’Alexis Tsipras.

La BCE accepte de continuer à alimenter les banques grecques, et le FMI de se tenir prêt à toute éventualité. Les ponts ne sont pas rompus, ce qui n'était pas gagné.

 

Techniquement, quelles sont les barrières à une propagation de la crise ?

 

C’est la question de l’effet domino sur d’autres pays. Mais pourquoi se produirait-il, dès lors que l’Espagne, l’Italie ou l’Irlande, pour ne citer qu’eux, commencent à reprendre des couleurs grâce aux efforts budgétaires accomplis ?

Quant à ce que l’on appelle les risques systémiques (la contagion entre banques), l’union bancaire mise en place en avril 2014 prévoit une série de verrous pour éviter la propagation d’un problème d’une banque à l’autre.

Il y a aussi le Mécanisme Européen de Stabilité qui, statutairement, peut lever sur les marchés jusqu'à 700 milliards d'euros en cas de coup dur.

Enfin, la BCE pourrait jouer aussi avec ce que l’on appelle le Quantitative Easing : le rachat d’obligations d’Etat déjà en cours, voire élargir son plan de rachat de dettes publiques, ce qui aurait pour effet de calmer les marchés et d’éviter les attaques spéculatives.

 

Pour la France spécifiquement ? Le Premier ministre, Manuel Valls, déclare que l'économie française ne serait pas touchée. Vrai ou faux ?

 

Un défaut de la Grèce n'impacterait pratiquement pas notre économie. La Grèce ne représente que 0.5% de nos exportations.

Le risque le plus fort concerne les taux d'intérêts auxquels nous remboursons notre dette. En cas de Grexit, les marchés nous feraient payer le risque en relevant des taux qui sont aujourd'hui encore très bas. Cela renchérirait alors le coût de notre dette, compliquant d'autant l'exécution de notre budget.

Vous êtes à nouveau en ligne