Ça bouge dans la literie

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après la guerre des étoiles, une bataille plus douillette mais tout aussi féroce agite un autre secteur : celui de la literie. En ligne de mire, le groupe Cauval, fabricant notamment des matelas et sommiers Dunlopillo, placé en redressement judiciaire. Les repreneurs sont à l’affût.

La guerre des sommiers à l’heure du réveil, on pouvait difficilement faire mieux. Un groupe est aujourd’hui l’objet de toutes les convoitises : Cauval, plus connu pour ses sommiers et matelas Dunlopillo, Treca, Simmons ou Trump.

Placé en redressement judiciaire fin février, le groupe a reçu au moins dix offres de reprises. Des offres qui viennent d’être présentées aux comités d’entreprises des différentes filiales avant l’audience au tribunal de commerce de Meaux prévue le 17 mai prochain.

La décision est très attendue par les 2150 salariés de l’entreprise, répartis sur sept sites en France et trois à l’étranger.

 

Le verdict proche, prétendants nombreux

 

Certains sont mieux placés que d’autres, dont des fonds d’investissement, à l’image de Percevra – propriétaire du traiteur Dalloyau et Monceaux Fleurs. Les mieux disant sur le maintien de l’emploi chez oscillent entre 1500 à 1700 sur 2150 salariés. Côté investissements, les annonces vont de 50 à 80 millions d’euros pour relancer la production.

D’autres offres émanent notamment de l’industriel portugais Aquinos et de… Steinhoff, le groupe sud-africain, maison-mère de Conforama. Nous avons déjà évoqué le sujet à travers le dossier de reprise de Darty que se disputaient la Fnac et Conforama.

L’un des objectifs de Conforama était de mettre la main sur Darty pour y vendre sa literie. L’affaire ne se fera pas et le groupe regarde maintenant du côté de Cauval.

 

Pourquoi une telle bataille autour du secteur de la literie ?

 

La literie est un secteur stratégique. Les Français sont les champions – officiellement déclarés – du mal de dos en Europe. Le mal de dos est le mal du siècle. Selon différents recensements, 80% des français souffrent d’une lombalgie au moins une fois dans leur vie. Le mal de dos est la première cause d’invalidité chez les moins de 45 ans. Coût économique estimé – entre les visites chez les médecins, dont les spécialistes, et le poids pour la Sécu : 2,7 milliards d’euros.

Donc les français qui en ont les moyens se ruent sur la meilleure literie possible et les professionnels l’ont bien compris. Chacun essaie de s’imposer à la fois en qualité et dans la distribution. Les rhumatologues, kiné et autres ostéopathes ont intérêt à trouver la parade. Pourquoi pas devenir actionnaires de Cauval ou Conforama…

Vous êtes à nouveau en ligne