Augmenter les salaires pour sortir de la crise ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que l’Europe cherche des solutions à la crise, tout le monde s’y met… des experts européens jusqu’aux plus modestes clubs de réflexions… et les idées sont légion.

Oui. On ne pourra pas toutes les citer ce matin… l’idéal serait peut-être d’organiser un concours de la recette la plus efficace pour sortir l’Union européenne de la crise… un « Masterchef » du sauvetage économique.
Sérieusement… des Think Tanks européens aux laboratoires de pensée nationaux, à défaut de subir passivement la crise, beaucoup avancent des solutions concrètes. Loin des options farfelues qui prônent l’isolationnisme, le repli sur soi pour mieux se défendre, ou encore la sortie de cette fichue Zone Euro qui nous colle aux doigts comme le scotch du Capitaine Haddock… il y des propositions qui ont, au moins, le mérite d’alimenter le débat. Parmi ces idées, l’une d’elles retient l’attention : l’augmentation des salaires.

En quoi cela nous permettrait de sortir de la crise ?

Et bien par exemple, selon les experts d'un groupe de réflexion baptisé LASAIRE (L A S A I R E), proche de la CFDT et présidé par l’ancien patron opérationnel d’Air France-KLM Jean-Ciryl SPINETTA, les salaires sont aujourd’hui le seul levier susceptible d’agir pour juguler la récession et relancer la croissance, il faut donc les augmenter. Pour être efficace, cette augmentation serait réalisée, non pas de manière uniforme, mais en fonction des gains de productivité réalisés dans l’année, de manière concertée, au niveau de la zone euro. En d’autres termes : rétablir la vraie place de la rémunération dans la valeur ajoutée d’un produit pour éviter que l’argent ne parte, notamment, dans la spéculation et les investissements hasardeux.

Et cela peut marcher ?

Il y a toujours matière à discussion. D’abord, sur le plan des faits : depuis la crise de 2008, il y a eu augmentation de la part des salaires dans la valeur ajoutée et non l’inverse. Ensuite, personne ne peut nier – pas même les syndicats – que le coût salarial pour les entreprises françaises a été supérieur de 20% à leurs homologues allemandes au cours des dix dernières années. Maintenant, sur le seul plan du raisonnement, oui, une augmentation des salaires pourrait aider à la reprise économique, mais à condition que le législateur laisse les coudées franches aux entreprises et que les syndicats fassent preuve de responsabilité dans un monde qui bouge et face à une économie toujours plus ouverte.

C’est à dire ? Vous pouvez citer un exemple concret ?

D'abord, se serait une erreur de limiter le débat à la seule augmentation du pouvoir d'achat. La question n'est plus là aujourd'hui. Augmenter les salaires : oui, mais sans brider la compétitivité de nos entreprises face à la concurrence internationale, c'est cela l'enjeu. On pourrait ainsi imaginer, non pas une hausse du salaire horaire, mais une augmentation mensuelle pour une durée du travail plus importante et donc créatrice de valeur pour tout le monde... et le salarié en particulier. Je vois certains froncer les sourcils... d'autres rêvent que cela se réalise au niveau européen... le débat est ouvert.

Vous êtes à nouveau en ligne