Areva : un contrat bienvenu en pleine restructuration

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le groupe nucléaire français Areva vient de remporter un important contrat aux Etats-Unis. On parle de plusieurs dizaines de millions de dollars pour cette entreprise qui est en pleine restructuration.

Ce contrat courra sur trois ans à partir de 2016 pour la maintenance de cinq centrales nucléaires basées sur le sol américain.

Areva assurera les opérations d’arrêt de tranche et de maintenance sur un total de huit réacteurs.

Aux Etats-Unis, le groupe français emploie 5.000 personnes et détient environ 25% du marché américain, entre la fourniture du combustible et le marché des transports de déchets.

 

En quoi ce contrat est important pour Areva ?

 

Le montant exact n’a pas été communiqué mais "plusieurs dizaines de millions de dollars", c’est une somme plutôt rondelette qui montre que le spécialiste français du nucléaire a toujours la cote à l’international.

C'est d’autant plus important à souligner dans le contexte déprimé du nucléaire dans le monde. Le marché mondial est en repli constant depuis 2010. 390 réacteurs sont toujours en opération sur la planète, mais le nombre de réacteurs en exploitation ne cesse de diminuer et il y a de moins en moins de mises en chantier.

 

La restructuration d'Areva va passer par un rapprochement avec EDF. Où en sont les discussions ?

 

Le président d’EDF, Jean-Bernard Lévy, pense conclure un accord d’ici la fin du mois de juillet. L’électricien doit prendre le contrôle de l’activité réacteurs nucléaires d’Areva, détenu à 87% par des capitaux publics.

Le projet a été validé par l’Etat : EDF deviendra actionnaire majoritaire d’Areva NP qui inclut la construction des réacteurs nucléaires et l’assemblage des combustibles.

 

Quel est le coût de l’opération ?

 

Pour l’instant c’est top secret, mais plusieurs évaluations parlent d’une transaction de deux milliards d’euros. Areva NP estime que sa valeur approche plutôt les 3 milliards mais EDF ne va certainement pas chercher à jouer les marchands de tapis.

Ce qui est vrai c’est que les contacts entre les deux entreprises ont bien changé… les piètres relations qu’entretenait l’ancien couple Anne Lauvergeon chez Areva et Henri Proglio chez EDF avaient pesé sur la stratégie du groupe. Rien à voir avec le nouveau duo Philippe Varin (Areva) / Jean-Bernard Lévy (EDF). Leur bonne entente devrait permettre au nouvel ensemble de rebondir sans trop de difficultés. Restera le contexte économique et nucléaire mondial, mais cela est une autre histoire.

Vous êtes à nouveau en ligne