Louis Laforge : "Je préfère ma vie à celle de Nabilla"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après avoir présenté le "Soir 3" ou encore "Des Racines et des ailes", Louis Laforge est aujourd’hui journaliste présentateur du "Grand Soir 3", en compagnie de Patricia Loison, regardé par un million de spectateurs à chaque diffusion.

Après vingt ans d’expérience à la télévision, Louis Laforge reste beaucoup moins célèbre que plusieurs personnalités du panorama audiovisuel, telle que Nabilla, pour une exposition dix à cent fois supérieure.

"Je préfère ma vie à celle de Nabilla , répond le présentateur. Sur le service public et sur France 3 en particulier, tous les présentateurs font leur boulot sans faire de vague, sans s’exposer dans les magazines et les journaux ."

"Avec Patricia Loison cette saison, on fait un peu de buzz sur internet parce qu’on se fait des petites blagues en direct à l’antenne. Au tout début, c’était exclusivement pour s’amuser, c’était totalement spontané. Ca a été repris, rediffusé par les émissions sur les chaines sur la TNT qui parlent de la télé. Ca créé du buzz, donc tant mieux. C’est une minute sur soixante minutes ; donc pendant cinquante neuf minutes on fait du sérieux, de l’anxiogène souvent, c’est de l’actu. On s’entend très bien avec Patricia à l’antenne, il faut que ça se sente et les téléspectateurs adorent ça ", explique le journaliste.

"Le malaise et le mal-être sont liés à plusieurs années de changements voulus par l’État"

Un rapport a dénoncé un climat délétère à France Télévisions. Louis Laforge assure avoir "la chance de ne pas le vivre. Au sein de l’équipe du "Grand Soir 3", on ne le vit pas non plus parce qu’on est une petite équipe totalement mobilisée, concentrée sur un projet exceptionnellement intéressant. En revanche, il est vrai que depuis ces dernières années, les directions se sont succédé, les organisations se sont succédées aussi, comme dans beaucoup de grandes entreprises publiques. Et effectivement, certains salariés ne s’y retrouvent plus, ne savent plus ce qu’ils ont à faire. Un récent rapport parlait effectivement de malaise et de mal-être réels. C’est vraiment lié à plusieurs années de changements de direction, voulu par la tutelle, qui est l’État. L’État a changé d’avis à plusieurs reprises ces dernières années. "

 

 

TOUT ET SON CONTRAIRE 2 29.05.2014 LOUIS LAFORGE Version 2
--'--
--'--

 

 

 

TOUT ET SON CONTRAIRE 3 29.05.2014 LOUIS LAFORGE Version 3
--'--
--'--

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne