Franz-Olivier Giesbert : "La zoophilie est une réalité ancienne"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Franz-Olivier Giesbert, ancien directeur de publication du "Point", connu pour ses prestations télé, est aussi l'un des essayistes les plus lus. Il sort un nouveau roman : "L'Amour est éternel tant qu'il dure" aux éditions Flammarion.

"L'amour est éternel tant qu'il dure " : cette
phrase n'est pas de Franz-Olivier Giesbert mais du poète Henri de Régnier, "un
cocu magnifique
". Le journaliste s'explique : "L'auteur de cette
phrase est quelqu'un qui a écrit des romans pas mal du tout et il a une
particularité : il était cocu. Son meilleur ami s'amusait avec sa femme, à
qui il a même fait un enfant. C'est une histoire atroce
."

Politiquement incorrect

Franz-Olivier Giesbert ne fait pas dans le politiquement correct. Les Blancs, les Noirs, la religion musulmane, tout y passe. L'ancien directeur de
publication du Point  écrit d'ailleurs sur les intégristes musulmans
qu'ils ont "le même niveau d'intelligence que les asticots, encore que ce
soit faire beaucoup d'honneur à ces crevures
."

"Sur les intégristes, je me marre , explique-t-il. T oute
une série de cinglés qui décident ce qui est halal ou pas. Les hommes ont
toujours tous les droits. Donc là je me moque, mais ce n'est pas l'Islam. C'est
une catégorie de personnes qui, d'une certaine manière, ridiculisent l'Islam
avec ce côté
"Ca c'est halal, ça ce n'est pas halal "."

Ecrire des scènes zoophiles

Franz-Olivier Giesbert va même écrire des scènes zoophiles,
prévenant ses lecteurs à la page 289 de son roman. "Je ne sais pas comment
c'est arrivé dans mon livre. [...] Mais c'est vrai qu'à ce moment-là, j'enquête et
je me suis rendu compte qu'il y a par exemple une communauté zoophile importante
en Allemagne, qui serait d'environ 100.000 personnes [...]. Ce phénomène m'a
vraiment intéressé, j'ai été voir comment ça marchait et je raconte, je m'éclate.