Dany Laferrière et son "Journal d'un écrivain en pyjama"

Ce livre auto-portrait de conseils pour les écrivains en herbe et pour les lecteurs s'adresse à son petit-neveu qui veut devenir écrivain

Après le séisme, Dany Lafferrière voulait envoyer des livres aux jeunes Haïtiens auxquels il voulait joindre des fiches de lecture. C'est à cette
occasion, qu'il s'est aperçu, que cela pouvait prendre une ampleur plus grande.
Il en a fait un livre...

Le chapitre 28, titré "Du bon usage du plagiat ",
Dany Lafferrière l'explique en disant que déjà, il a "piqué" tous les mots du
dictionnaire. Son conseil, quand on est coincé, qu'on arrive pas à avancer dans l'écriture? Il
faut aller dans sa bibliothèque, ouvrir n'importe quel livre, prendre un
phrase que l'on aime et la mettre telle quelle dans son livre à soi. 

Cette opération s'appelle faire payer les riches (...)
Ils sont là, pleins de livres et vous, vous êtes bloqués. Vous n'arrivez pas à
avancer d'une phrase.

Quand on lui demande comme il fait pour reprendre une phrase
dans Proust quand il écrit sur un séisme en Haïti, il répond plein de bon sens :

La duchesse de Guermantes a plus de diffficultés et va
finir par se suicider d'ennui alors qu'en Haïti, ce qui est déterminant, ce qu'on
voit dès qu'on arrive, c'est l'énergie qui traverse les gens (...) La mort, c'est
l'Etat qui s'en occupe puisqu'on a eu beaucoup de dictatures. Ce qui fait
que les individus laissent cela, la mort, à l'Etat, et se préoccupent de vivre.

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne