Christine Kelly : "Avec ma fondation, je veux défendre les intérêts des autres, pas les miens !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout au long de la journée, c'est Christine Kelly qui nous accompagne. Ex-journaliste, elle a longtemps présenté les journaux sur la chaîne d'info LCI. Mais depuis quatre ans, depuis le 24 janvier 2009, elle a été nommée au CSA, le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

En 2010, elle a fondé K d'urgences, une fondation
dédiée aux familles monoparentales, la seule en France. Un colloque se
tiendra le lundi 18 février, au Conseil Economique Social et
Environnemental
: "Familles monoparentales: sortir de l'impasse" ,
avec la présence annoncée de Christiane Taubira, Garde des sceaux, Dominique
Bertinotti, ministre chargée de la Famille, Valérie Pécresse, ancienne ministre
UMP ou Anne Hidalgo première adjointe au Maire de Paris. Objectif : faire dix propositions concrètes au gouvernement. 

Par exemple, Christine Kelly a déjà conclu un accord avec la Chambre nationale des huissiers de justice pour que les familles
monoparentales puissent frapper à leur porte pour récupérer gratuitement leur
pension alimentaire fixée par les tribunaux mais impayée. Christine Kelly a demandé un rendez-vous à François Hollande pour lui remettre les
propositions qui sortiront de ces réunions et de ce colloque. 

Ce qui a surpris, c'est que Christine Kelly n'est
pas directement concernée, comme souvent chez les créateurs d'associations.
Elle n'a pas d'enfants, et elle n'est pas issue de famille monoparentale, ses
parents sont même toujours ensemble. Mais à propos d'éducation, elle s'est
livrée au micro à une confidence assez rare, et assez intime. Autre sujet que nous avons abordé, ses origines guadeloupéennes et sa beauté. Elle en aurait souffert dans sa carrière de journaliste.

 

Vous êtes à nouveau en ligne