Bruno Solo : "Je cultive une mélancolie assez profonde"

Bruno Solo, comédien, auteur, est à l'origine de la série Caméra Café, qui a fait les beaux jours de M6. Il a joué dans de nombreux films, mais également au théâtre. Il est à l'affiche "La Station Champbaudet", une pièce de Labiche, au théâtre Marigny.

Les acteurs donneront huit représentations exceptionnelles
dans le cadre du festival L'humour en Capitales , dont il est le cofondateur. "C'est
une création pour le festival et ce sera en direct le 14 mai sur France 2.
"

Résumé : Mme Champbaudet  (Claire Nadeau) ,
veuve mûre,  encore débordante d'affection, se croit aimée d'un jeune
architecte  (Lorant Deutsch)  qui fréquente assidûment son
appartement. C'est en réalité, la voisine qui attire le Don Juan... 
 Déjoué par le mari jaloux, ses affaires ne vont pas tarder à se gâter
très sérieusement...

"C'est un imbroglio extrêmement complexe comme le sont
toujours les grands vaudevilles et qui fait que tout d'un coup cette complexité
devient extrêmement fluide. Labiche me semble être le maître en la matière. Il
y a beaucoup de chansons parce que les vaudevilles à l'origine sont des
chansons.
"

La promotion

Bruno Solo est pudique et ne se répand pas sur les plateaux
pour faire de la promo. En tout cas beaucoup moins que ce qui avait été fait,
au moment de la sortie de La Vérité si je mens 3 , où il lui est arrivé d'être
présent simultanément au 20h de TF1 et de France 2. "C'était ma dernière grande
épreuve physique et psychologique. J'ai trouvé que c'était exagéré et que ce
n'était plus de la promo mais du gavage d'oie. Je pense que cela nous a desservi
d'être à ce point exposé.
"

La part d'ombre

En 2010, Le Monde lui avait consacré un long portrait, où il
révélait sa part d'ombre comme on dit. Il racontait qu'à 24 ans il avait "connu
la misère noire et touché le fond", et se disait animé par le
malheur. "Je suis quelqu'un qui a une mélancolie assez profonde et que je
cultive à ma manière. J'ai eu une période extrêmement sombre et j'ai été sauvé
par un ami qui m'a dit que je n'étais pas fait pour le malheur mais pour le
bonheur. J'ai commencé à cohabiter avec ma part d'ombre que je ne veux
surtout pas réprimer.
"

La Station Champbaudet , au théâtre Marigny, avec Lorant
Deutsch, et Claire Nadeau, jusqu'au 14 mai.