Tout est politique. Olivia Grégoire, députée LREM : un budget pour injecter "dans l'économie réelle" l'argent "qui n'est pas productif"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Olivia Grégoire, député LREM de Paris et membre de la commission des finances à l'Assemblée, était l'invitée de Jean-François Achilli dans "Tout est politique", mardi 26 septembre sur franceinfo.

À la veille de la présentation du projet de loi de finances 2018, la députée La République en marche (LREM) Olivia Grégoire, porte-parole du groupe LREM et rapporteur TPE / PME au sein de la commission des finances à l'Assemblée nationale, assure sur franceinfo que ce premier budget du quinquennat Macron est "tenu et sincère", "abondé et financé". Pour appuyer ses propos, elle précise : "Nous nous fixons, non pas 8% en marge de manœuvre en termes de réserve de précaution et d'aléas, mais 3%. C'est simple : soit on réussit, soit on réussit".

"On fait un pari différent cette fois-ci"

Olivia Grégoire rappelle que le gouvernement va "supprimer les cotisations maladie et chômage en deux temps" et prévoit "un train de mesures fortes au niveau des entreprises sur l'investissement productif, ça veut dire sortir de l'économie de l'argent qui n'est pas productif, qui n'est pas investi, et faire en sorte que cet argent rejoigne l'économie réelle".

"Ça fait 30 ans qu'on sert les mêmes recettes à la même maladie, déplore-t-elle. Ça fait 30 ans qu'on a un chômage de masse et qu'on a deux leviers : on augmente les prélèvements obligatoires ou on augmente les impôts. On fait un pari différent cette fois-ci."

Dispositifs incitatifs ?

"On est parfaitement conscient de la nécessité de flécher, de faire en sorte que cet argent libéré aille effectivement dans les entreprises, assure Olivia Grégoire. Évoquant le projet de loi TPE / PME prévu "l'an prochain", la députée indique qu'"il se pourrait qu'on atterrisse, dans le cadre d'une discussion par exemple, à trouver des dispositifs incitatifs, intelligents, qui récompensent aussi la prise de risque et l'innovation dans les entreprises".

"Le budget du l'un dans l'autre"

Interrogée sur une éventuelle "saturation de l'espace médiatique" avec la multiplication des réformes, Olivia Grégoire estime qu'il existe "une fenêtre de tir, dans les 12-18 mois qui viennent [...] pour mettre en place, en même temps, toutes les transformations que nous souhaitons mettre en place". Mais, pour la députée LREM, "ce n'est pas que le budget du en même temps, c'est aussi le budget du l'un dans l'autre". 

"Ça veut dire que tout se tient, poursuit-elle. Dans le budget vous le verrez un certain nombre de sujets se tiennent entre eux parce que budgétairement ils se tiennent entre eux", prenant en exemple la santé et l'environnement. Évoquant "l'agenda" des réformes du gouvernement, Olivia Grégoire reconnaît néanmoins qu'il est "parfaitement impossible de tout faire en même temps, en trois mois".