Tout est politique. Manifestation des insoumis : "Vouloir déplacer le débat dans la rue pose un vrai problème", pour le député LREM Gilles Le Gendre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député LREM, Gilles Le Gendre, était l'invité d'Olivier de Lagarde dans "Tout est politique", vendredi 22 septembre sur franceinfo.

Gilles Le Gendre, député La République en marche (LREM) de la 2e circonscription de Paris, était l'invité d'Olivier de Lagarde dans "Tout est politique", vendredi 22 septembre sur franceinfo.

Manifestation du 23 septembre : un problème "d'éthique républicaine" et "démocratique"

À la veille du rassemblement parisien à l'appel de La France insoumise contre un "coup d'État social" d'Emmanuel Macron, Gilles Le Gendre estime que "cette manifestation est d'une nature différente des autres".

Rappelant que La France insoumise "est représentée au Parlement" et qu'elle "a combattu les ordonnances, ce qui est parfaitement normal et légitime", selon lui, le député LREM affirme que de "vouloir déplacer le débat dans la rue pose un vrai problème (...) en termes d'éthique républicaine et d'éthique démocratique".

Les ordonnances signées par Jupiter

Vendredi 22 septembre, le chef de l'état a signé les ordonnances réformant le Code du travail lors d'une cérémonie très solennelle. Pour Gilles Le Gendre, le programme d'Emmanuel Macron est "compliqué à mettre en œuvre, on le voit bien. Il suscite des interrogations, il peut susciter des inquiétudes. Il est extrêmement important qu'il soit jalonné par des moment où on solennise l'action".

Le député LREM refuse d'y voir une forme de provocation face aux opposants aux ordonnances, mais estime, au contraire, qu'"il faut des gestes, des symboles qui permettent de démontrer qu'on a probablement rompu avec une tendance d'inefficacité très marquée dans les années passées".

"Les fainéants" : "En aucun cas du mépris social"

Interrogé sur la polémique après les propos d'Emmanuel Macron sur les "fainéants", Gilles Le Gendre estime que "ce n'est en aucun cas du mépris social", rappelant que le chef de l'État ciblait "ce qui caractérisait l'action publique et l'action politique depuis un certain nombre de décennies".

Pour le député LREM, "il va falloir quand même que nous rompions avec une sorte de politiquement correct, de faux-semblants. Quand on a des choses à dire on les dit, même quand on est le chef de l'État".

"Le Parti socialiste a trahi ses idéaux"

Pour expliquer la déroute des socialistes après les élections présidentielle et législatives de 2017, Gilles Le Gendre estime que "les idéaux sociaux-démocrates ont été trahis par le Parti socialiste".