Tout est politique. "Il y a une forme d'indécence à donner des leçons quand on est comptable du bilan qui a interdit à François Hollande de se présenter à l'élection." Hugues Renson à Christian Eckert

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités de "tout est politique" ont notamment débattu jeudi soir autour du livre de Christian Eckert, Un ministre ne devrait pas dire ça...

Christian Eckert, ancien secrétaire d’État chargé du Budget et des comptes publics, est venu présenter son nouveau livre Un ministre ne devrait pas dire ça, sorti ce jeudi 24 mai. Un livre dans lequel il souhaite "expliquer comment s'exerce le pouvoir au sein d'un gouvernement" pour trois raisons : "D'abord, j'avais une réserve à respecter en tant que député de la majorité. Ensuite, la tendance du président et de ses équipes aujourd'hui est d'utiliser tous les moyens pour discréditer l'action de leurs prédécesseurs. Et enfin, il y a des décisions en matière de budget et de fiscalité qui me paraissent particulièrement injustes."

L'extrait :

franceinfo : Hugues Renson, quand vous entendez Christian Eckert, est-ce qu'il est nécessaire de taper sur ce qui a été fait auparavant, sachant qu'Emmanuel Macron était l'un des ministres les plus en vue de François Hollande ?

Hugues Renson : Je trouve assez savoureux que le livre de Christian Eckert sorte le jour où la cour des comptes nous redit que le budget de 2017 a été insincère, que la dépense publique dans le budget 2017 a explosé comme elle n'a jamais explosée, que la situation économique de la France était catastrophique, et je trouve donc savoureux qu'aujourd'hui, vous puissiez faire la leçon. Vous regardez la paille qui serait dans notre œil en oubliant que vous n'avez pas une poutre, mais une charpente dans le vôtre. Il y a une forme d'indécence à essayer de donner des leçons quand on est comptable d'un bilan si catastrophique qu'il a interdit à l'ancien chef de l'État, François Hollande, de se présenter à la présidence de la République. Les Français n'ont pas besoin de réquisitoire de votre part, ils ont besoin d'excuses. Je considère donc qu'il y a une forme d'indécence de vous présenter devant nous en nous donnant des leçons de bonne gestion des finances publiques.

Christian Eckert : Georges Clémenceau disait "en politique, on succède toujours à des imbéciles, et on est remplacé par des incapables". On se demande si celui [Emmanuel Macron] qui a succédé à un gouvernement auquel il appartenait ne mériterait pas parfois les deux qualificatifs.

Les invités

Christian Eckert, ancien secrétaire d’État chargé du Budget et des comptes publics, auteur de "Un ministre ne devrait pas dire ça", éd. Robert Laffont

Hugues Renson, député LREM de la 13e circonscription de Paris, vice-président de l'Assemblée nationale

Laurence Saillet, porte-parole Les Républicains

Frédéric Dabi, directeur général de l’IFOP