Le Jazz de Michel Legrand

Michel Legrand aura quatre-vingt ans le mois prochain. Un anniversaire que le compositeur célèbre avec quelques semaines d’avance lors de deux concerts lundi 23 et mardi 24 janvier à Paris au Théâtre du Châtelet.

Si
tout le monde connaît ses musiques de films : Des parapluies de Cherbourg
aux Demoiselles de Rochefort en passant par L’affaire Thomas Crown ou Un été
42
, nombreux sont ceux qui ont oublié que Michel Legrand a fait ses débuts de
compositeur et d’arrangeur dans le jazz. Un
parcours jazzistique à redécouvrir dans le coffret Michel Legrand, la
musique au pluriel
qui vient de sortir. Dès
le début des années cinquante, sa route croise celle de Dizzy Gillespie. Il
écrit des arrangements pour l’orchestre qui l’accompagne en Europe. En 1957, 1er
album de jazz avec un grand orchestre. 1958 Legrand jazz réunit à
New York Miles Davis, John Coltrane ou Bill Evans. Au
fil des années, Michel Legrand écrira les arrangements ou assurera la direction
d’orchestre pour les disques de nombreux autres jazzmen à l’instar de Stan Getz
sur l’album Communications 72 .

On
la savait condamnée depuis plusieurs semaines. La chanteuse américaine de
blues, de soul et de jazz Etta James est décédée vendredi à Los Angeles. En
1960, elle avait enregistré At Last , qui fut le grand tube de sa
carrière, sa chanson fétiche. Une carrière marquée par des hauts et des bas,
Etta James avait ainsi disparu des studios dans les années soixante-dix et surtout quatre-vingt. Elle s’est éteinte à l’aube de ses 74 ans.