Hommage à un amoureux du jazz : Cabu

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le dessinateur Cabu, décédé tragiquement dans l'attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, était un passionné de jazz.

En musique, Cabu avait deux amours : Charles Trenet, et le jazz qui l’aura accompagné jusqu’à la fin

Lors de ses obsèques mercredi 14 janvier, à Châlons -en-Champagne, un orchestre a joué quelques-uns de ses airs préférés. Le dessinateur avait depuis sa jeunesse une passion pour cette musique à laquelle il avait consacré un de ses derniers ouvrages "Souvenirs et carnets d’un fou de jazz" . Il en était tombé amoureux presque par hasard dans les années 50 en allant voir à Paris un match des Harlem Globe Trotters au cours duquel Cab Calloway assurait l'animation pendant la mi-temps.

Cab Calloway était le depuis ce jour là, le musicien fétiche de Cabu qui adorait les big band de l’ère swing. A partir du milieu des années 60, il fréquenta assidument les festivals d'Antibes et de Nice où se produisaient alors tous les grands orchestres jazz de l'époque, notamment celui de Duke Ellington mais aussi Ella Fitzgerald, sa chanteuse préférée. Les concerts étaient pour lui l'occasion de croquer ces musiciens de légende. Depuis, le début des années quatre-vingt-dix, Cabu dessinait des pochettes d’albums de jazz, notamment celles de la série Cabu Masters of jazz.

Vous êtes à nouveau en ligne