Quand l'opéra et la danse s'invitent dans les salles obscures

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'opéra au cinéma est un succès. Parce que tous les grands théâtres se mettent sur les rangs, du Bolchoï de Moscou (pour la danse) au Metropolitan de New York (pour le lyrique), en passant par l'Opéra de Paris (pour les deux : le ballet et le chant).

Pour l'instant, le grand vainqueur, c'est le Met de New York qui s'est lancé le premier et qui s'est associé avec un diffuseur dynamique : PathéLive. En quatre ans, son jeune directeur général, Thierry Fontaine, a bâti un réseau de 120 salles en France, plus de 1000 dans le monde, et il a convaincu le public grâce aux retransmissions HD et à des plaquettes de grande qualité.

La saison prochaine commencera en octobre avec une nouvelle production d' "Eugène Onéguine " de Tchaïkovski , en direct du Met. Fort de ses dizaines de milliers d'entrées cette année, PathéLive peut se permettre d'explorer un répertoire qui va au-delà de "Carmen " et de "La Traviata ".

Au concert, Igor Stravinski pour le centenaire de la création de son "Sacre du Printemps ", au TCE à Paris, reste LE compositeur du moment. Radio France lui consacre ce week-end, au 104 dans le 10ème arrondissement, sous le titre "1913, Un sacré printemps ".

Cinq concerts (tarif unique, 5 euros) avec des artistes de premier plan, comme toujours à Radio France.

Le "Sacre" lui-même est programmé au TCE lundi, sous la direction d'Esa-Pekka Salonen avec son orchestre londonien et jeudi 13, par Daniele Gatti à la tête de l'Orchestre national de France.

A Bastille, avec le Requiem de Verdi, lundi et mardi soir, Philippe Jordan nous refait "basculer" du côté de la vocalité. C'est comme au Château de Versailles avec les "Voix royales " de ce mois de juin. Cecilia Bartoli y participera samedi prochain.

Côté CD, Decca publie son intégrale de "Norma " de Bellini, vaporeusement romantique.

Vous êtes à nouveau en ligne