Les orchestres de Radio France à l'honneur

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commençons par les formations musicales de Radio France. Jeudi 22, au Châtelet, l’Orchestre national de France et Danielle Gatti apporteront la touche finale à leur intégrale des symphonies de Tchaïkovski avec la "Pathétique", plus la "Musique funèbre" de Lutoslawski et le Concerto pour violon de Sibelius.

Le chef Mikko Franck, compatriote de Sibelius, futur directeur musical de l’Orchestre philharmonique de Radio France, a choisi un autre compositeur finlandais pour son concert du 23 mai, salle Pleyel, Einqjuhani Rautavaara qui nait lorsque Sibelius cesse de composer : en 1928. Egalement au programme, Claude Debussy admiré de Mikko Franck et de Rautavaara.

 

Le National et le Philharmonique de Radio France ne sont pas réservés aux mélomanes parisiens : France Musique diffuse leurs concerts en direct ou en différé. De son côté, l’Orchestre de Paris sera salle Pleyel les 21 et 22 mai pour un Requiem allemand de Brahms que son chef Paavo Järvi fera précéder d’une partition de Messiaen : Le Tombeau resplendissant ;

L’Orchestre national d’Ile de France sera demain après-midi au théâtre des Champs Elysées dans un programme Takemitsu, Rachmaninov, Chostakovitch. Le même théâtre des Champs Elysées présentera une nouvelle production du Tancrède de Rossini à partir de lundi.

 

Tancrède avec Marie-Nicolas Lemieux et Patricia Cioffi, jusqu’au 27 mai. Tout autre répertoire au théâtre de l’Athénée et au théâtre Jean Vilar de Vitry/Seine, Le Balcon de Petre Eötvös, du 20 au 24 mai, dans la 1ère salle. Chantier Woyzeck imaginé par Aurélie Dumont, Dorian Astor et La Péniche-Opéra dans la seconde, jusqu’au 20. Les deux productions avec le contre-ténor Rodrigo Ferreira.

Le festival de violoncelle de Beauvais, du 20 au 25 mai, aura pour thème "Guerre et paix". Le souvenir d’août 1914 pèse aussi sur le CD d’hommage au violoncelliste Maurice Maréchal, combattant héroïque de la Grande Guerre, sous étiquette WW1 musique. Son élève Alain Meunier dans L’Elégie de Fauré.

Vous êtes à nouveau en ligne