T'as vu l'info ? La "guerre des zizis" chez les Républicains

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ce mardi matin, Guy Birenbaum raconte comment le maire de Limoges a comparé la primaire à droite à une "guerre des zizis". 

Il s’appelle Émile-Roger Lombertie. Il appartient au parti désormais présidé par Laurent Wauquiez, Les Républicains. C’est un article du Populaire qui a attiré mon attention, article titré "Pour le maire de Limoges, la primaire à droite est une connerie". Ce n’est pas à cause de cette "connerie" que je parle de lui ce matin, mais pour une autre partie de son propos toujours rapporté par le Populaire : "Aujourd'hui, notre parti est divisé. Avec cette primaire, on est dans La Guerre des boutons : qui est celui qui aura le plus gros zizi ?"

Où sont les femmes ? 

C’est une référence littéraire assez brillante. Je rappelle à nos auditeurs que La Guerre des boutons est un roman écrit par Louis Pergaud et publié en 1912. Le roman raconte les rapports conflictuels entre les bandes d'enfants de deux villages rivaux, Longeverne (LongeverNe, avec un N, hein) et Velrans, dans la campagne franc-comtoise, à la fin du 19e siècle. Moi aussi, cette affaire de gros zizi me turlupine. Le maire de Limoges a raison. La primaire de la droite ressemble de plus en plus à un concours de [biiip]. Que des mâles. Je me demande vraiment, comme le fameux philosophe suisse Patrick Juvet, "Où sont les femmes ?". Et donc, j’espère vraiment que madame Morano, madame Kosciusko Morizet et même madame Alliot-Marie parviendront à être candidate à cette primaire pour qu’on en finisse avec tous ces zizis… "Les vrais, les faux, les laids, les beaux, les durs, les mous qu’ont un grand cou , les gros touffus, les p'tits joufflus, les grands ridés, les monts pelés…"

Le dicton du jour de Guy Birenbaum

"A la saint Fiacre, s’il n’y a que des zizis, à la primaire, ça finira en massacre."


Zizis Républicains par FranceInfo

Vous êtes à nouveau en ligne