Un classique nommé Manga

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'éditeur canadien Udon lance une collection de mangas, ces bandes dessinées inspirées des bandes dessinées japonaises, pour faire lire aux plus jeunes les grands classiques de la littérature : Victor Hugo, Jane Austen, Charles Dickens sont au programme. Un projet se voulant pédagogique pour rapprocher les lecteurs habitués aux images et au rythme du manga de textes qu'il faudrait avoir tous lus..

Ce matin l’autre info est au Canada

Le site l’Actualitté traduit une information très intéressante du site américainPublisher’s Weekly . Un éditeur canadien nommé Udon va lancer une collection de mangas, ces bandes dessinées inspirées des bandes dessinées japonaises, pour faire lire aux plus jeunes les grands classiques de la littérature.

Quels auteurs sont concernés ?

Deux adaptations ont déjà été dévoilées dans cette collection nommée Manga Classics : Les Misérables de notre Victor Hugo et Orgueil et préjugés de Jane Austen. Trois autres livres sortent en mars : Emma de Jane Austen, La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne qui est l’un des premiers romans de la littérature américaine, datant de 1850, un pamphlet contre le puritanisme et Les grandes espérances de Charles Dickens, l’histoire du jeune Pip., un petit orphelin n’ayant jamais connu ses parents. Tous les titres sont disponibles en livre de poche à 19 dollars 99, en couverture rigide à 24,99 et en numérique pour 14 dollars 99. En fait la maison Udon a retravaillé ces textes pour les rendre compatibles avec le format préféré de pas mal de mômes. Le but est évidemment pédagogique. Il s’agit permettre aux textes fondamentaux de la littérature d’atteindre des publics qui rechignent à les lire. C’est qu’entre le Web, les jeux vidéos et l’ensemble des distractions offertes à nos mômes la lecture traditionnelle a du plomb dans l’aile…

On peut vraiment parler de projet éducatif ou c’est du commerce ?

Évidemment il y a des visées commerciales mais comme l’explique la directrice marketing de Udon Entertainment, ces objets doivent plaire aux amateurs de mangas tout en respectant l'esprit des œuvres littéraires. Elle insiste sur le fait que nos jeunes aujourd’hui sont alphabétisés visuellement et qu’ils n’ont pas l’habitude de se retrouver face à ce qu’elle nomme un "mur de texte" ("a wall of text "), un texte très compact. C’est d’autant plus regrettable que les thèmes centraux des grands classiques de la littérature sont toujours l’aventure, l’amour, le drame et qu’ils devraient attirer le jeune public. D’où l’idée d’ajuster ces manga classiques pour que l'histoire s’écoule à un rythme plus facile. D’ailleurs, si c’est réussi, à termes, on pourrait renverser le projet et avoir là des classiques du roman graphique qui attirent les lecteurs traditionnels pour leur faire découvrir l’univers du manga. Monsieur Dupont Aignan est ce que  sortir des textes classiques en mangas ça vous parle  ou est ce qu’en bon réac qui se respecte vous êtes arc-bouté sur des classiques à l’ancienne, aux lignes serrées en format traditionnel ?

Vous êtes à nouveau en ligne