T'as vu l'info ? Tout faux, tout fake

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le réseau social Facebook part en guerre contre les fausses informations, les "fake news". Cela n'a pas échappé à Guy Birenbaum.

T’as vu la fausse info ? Le réseau social Facebook est dans presque tous les quotidiens jeudi 13 avril (Les Echos, Le Parisien, Libération) avec un communiqué spectaculaire. Son titre : "Conseils pour identifier les fausses information. Ensemble, nous pouvons limiter la propagation des fausses informations" proclame Facebook qui énonce dix points précis permettant de repérer les fausses informations, les "fake news" comme on dit en anglais.

Je ne vais pas vous détailler ces conseils de bon sens, mais c’est quand même assez paradoxal que Facebook fasse l’éloge de la vérité dans la presse écrite. C’est un peu comme si un camembert disait à un roquefort "Tu pues !", parce que je ne veux pas être désagréable, mais c’est souvent sur Facebook que je vois passer tous les jours, sur tous mes écrans, des idioties et des mensonges considérables. Bien sûr, Facebook n’a pas le monopole du pipeau. Twitter véhicule autant de sornettes. Les tuyaux d’Internet en général véhiculent un nombre de rumeurs assez phénoménal. Et il arrive aussi aux vieux médias de se faire gruger.

Même ligne de conduite pour nos politiques

Soyons positif, c’est très bien que la question des fausses informations soit posée de manière publique. Cela a le mérite de faire réfléchir tout le monde à ce qu’il partage avec les autres. Tout le monde ? J’aimerais que ça touche aussi nos femmes et nos hommes politiques. Je ne cite personne pour ne pas avoir de problème avec le CSA, mais la campagne électorale offre du matin au soir aux Français un festival de mensonges balancés en toute impunité par des politiques de tous les camps. Ce n’est pas nouveau mais il serait quand même temps que nous soyons bien plus sévères avec les faussaires. 

Le dicton du jour

À la Sainte Ida, des menteurs, il y en a chez tous les candidats.


Tout faux par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCEINFO

Vous êtes à nouveau en ligne