T'as vu l'info ? Requiem pour Emmanuel Macron

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un homme de 21 ans a été condamné hier à 250 euros d'amende avec sursis pour avoir crié "Casse-toi pauv' con !" à Emmanuel Macron, en juillet. Guy Birenbaum plaide la cause de ce jeune homme.

Un jeune homme de 21 ans a été condamné mardi 6 décembre à 250 euros d'amende avec sursis pour avoir crié "Casse-toi pauv' con !" à Emmanuel Macron, lors d'une visite ministérielle le 25 juillet. Je veux plaider la cause de ce garçon. Je suis contre les insultes, mais "Casse-toi pauv' con !", ce n’est plus une insulte. Cette formule est entrée dans notre histoire politique quand Nicolas Sarkozy, président de la République, l’a utilisée en réponse à un homme qui lui disait "Touche moi pas, tu vas me salir".

Depuis ce "Casse toi pauv’con" présidentiel, le propos s’est inversé. Il a changé de statut pour devenir une formule politique, un slogan, une critique radicale du système. D’ailleurs, Emmanuel Macron n’a pas porté plainte, c’est le Parquet qui a poursuivi le jeune homme.

Effacez l'amende, M. Macron

Alors, M. Macron, puisque vous êtes en campagne présidentielle, puisque vous publiez un livre dont le titre est Révolution, puisque vous dites partout que vous êtes le candidat anti-système, puisque vous prétendez même que vous êtes "anti establishment", comme le rapportent Les Echos qui racontent votre séjour à New York... Un geste révolutionnaire, un acte anti système, une conduite anti establishment, ce serait, monsieur Macron, que vous fassiez savoir que vos effacez l’amende du jeune homme.

Ce serait d’autant plus classe qu’Emmanuel Macron rentre de New York après avoir levé de l’argent auprès de riches New Yorkais pour sa campagne. Allez M. Macron, montre-là-moi ta révolution ! 

Le dicton du jour

A la Saint Ambroise, voilà que Macron, efface l’ardoise !

Vous êtes à nouveau en ligne