T'as vu l'info ? Le torchon brûle au FN

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Canard Enchaîné révèle dans son édition du mercredi 14 décembre des propos particulièrement violents de Florian Philippot à l'encontre de Marion Maréchal Le Pen. Propos déjà démentis la veille par le vice-président du Front National. Une pratique qui interpelle Guy Birenbaum.

Le mercredi c’est Canard Enchaîné. Mais dans les rédactions et les lieux de pouvoir, le canard arrive mardi en fin de journée. Ça permet à ceux qui sont cités de contester les infos du Canard Enchaîné sur le web avant qu’il soit en vente, notamment sur le réseau social Twitter. Alors si ce mercredi matin vous avez acheté le Canard, vous lisez page 4 que ça chauffe au Front national entre Florian Philippot et Marion Maréchal Le Pen. Ils s’opposent notamment sur l’IVG. L'hebdomadaire raconte qu’en fin de semaine dernière, devant plusieurs journalistes et intervieweurs de matinales radio et télé, notamment auprès de Jean Jacques Bourdin, Philippot aurait dit à propos de Marion Maréchal Le Pen : "On va la dégager, on va lui faire fermer sa gueule à cette conne."

Des propos démentis bien avant leur parution

Le problème c’est qu’au moment où vous lisez ces propos sur papier journal, ils sont démentis depuis de longues heures. Par Jean-Jacques Bourdin, présentateur de la matinale de RMC qui a tweeté à 18h47, mardi soir : 

Et par Florian Philippot qui écrit, sur Twitter aussi, à un journaliste de l'hebdomadaire Marianne :

Là, il était 18h29. Ce qui veut dire que Florian Philippot a démenti sur Twitter avant Jean-Jacques Bourdin mais en annonçant déjà que Bourdin démentait. Ils ont dû se parler ou s’écrire (j’ai fait un sms aux deux). En tous cas, Le Canard Enchainé précise au quotidien L’Opinion qu’il maintient ses informations. On en est là. C’est pas les "Feux de l’amour" au Front national. C’est plutôt "Nanterre, ton univers impitoyaaaable."


Guy Birenbaum : "ça castagne au Front National" par franceinfo

Et le dicton du jour, Guy ?

Cela pourrait être "À la Sainte Odile, au Front national aussi, ils se déchirent, les crocodiles."

Vous êtes à nouveau en ligne