T'as vu l'info ? Le siècle des lampes de poche

Le revolver qui a permis à Paul Verlaine de tirer sur son amant Arthur Rimbaud sera vendu aux enchères le mercredi 30 novembre à Paris. Une arme estimée entre 50 000 et 60 000 euros. Guy Birenbaum tire à boulets rouges sur les conflits qui oppose aujourd'hui les "vedettes".

Le revolver 7 mm de modèle Lefaucheux, estimé aujourd'hui entre 50 000 et 60 000 euros, avec lequel Paul Verlaine a tiré sur son amant, Arthur Rimbaud va être vendu aux enchères le mercredi 30 novembre chez Christie's à Paris. Eh oui ces deux monuments de la poésie étaient amoureux mais Verlaine décide de retourner auprès de sa femme. Après plusieurs disputes, Verlaine 29 ans, plaque Rimbaud, 18 ans, et part pour Bruxelles. Rimbaud le rejoint. De nouvelles querelles éclatent jusqu’à ce que le 10 juillet 1873, à 14 heures, dans une chambre d'un hôtel de la rue des Brasseurs, Verlaine  tire deux balles sur Rimbaud et le blesse au poignet. Verlaine passera 555 jours en prison.

Les Icônes contre les icônes

Avouez que ça avait quand même de la gueule au 19ème siècle quand deux icônes se déchiraient. Mais aujourd’hui, les Icônes avec un  "I"  majuscule ont été remplacées par des icônes avec un "i" minuscule, celui de l’iPhone. En un peu moins de deux siècles, nous sommes passés de Verlaine qui flingue Rimbaud à Cyril Hanouna qui cible Stéphane Guillon ou à Sophia Aram qui dessoude Karine Lemarchand. Pendant ce temps-là, Jean-Marc Morandini se fait passer pour le Capitaine Dreyfus. Et je dois bien avouer que moi-même, je ne vole pas bien haut, ce matin, puisque je parle dans le micro de ces histoires mineures, forcément mineures. Comme si, partis du siècle des Lumières, nous avions tous fini par arriver à celui des lampes de poche.  Alors, je ne sais pas qui achètera le revolver de Verlaine, le 30 novembre, chez Christie's. Moi je n’ai pas les moyens. Je me contenterai donc de vous réciter quelques vers écrits justement en prison par Verlaine. Le poème, fameux, s’appelle  "Le ciel est, par-dessus le toit "et il se finit comme ça :

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà

Pleurant sans cesse,

Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,

De ta jeunesse ?

 

Le dicton du jour :

 A la Sainte Céline, c’est affreux, c’est affreux ce que le niveau décline

Vous êtes à nouveau en ligne