T'as vu l'info ? L'actuelle tambouille politicienne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Manuel Valls se réconcilie avec François Hollande et à gauche on prépare une "primaire de la belle alliance populaire". A droite, on trouve des compromis. Tout cela alors que les Français se serrent la ceinture. Cela n'a pas échappé à Guy Birenbaum.

Je me demande surtout comment nos concitoyens qui ont des problèmes pour faire bouillir la marmite regardent l’invraisemblable tambouille politicienne du moment. A droite, depuis la victoire de François Fillon à la primaire de la droite, on a bien compris que le seul souci c’est juste de réussir à garder sa chaise autour de la table. Ou de piquer la place d’un autre. Prenez Laurent Wauquiez, il est passé en quelques heures de la  "place du roi" à un tabouret en cuisine. Et encore il a eu du bol. Tout le monde ne sauvera pas son rond de serviette chez les Républicains. Chez les socialistes, aussi on discute le bout de gras. Et c’est à table, tout naturellement, que François Hollande et Manuel Valls se sont retrouvés pour se partager les miettes. Le seul problème c’est que ces miettes ce sont les nôtres, c’est ce qui nous reste.

On n'a plus de sous !

C’est ça qui est merveilleux en France. La situation économique est affligeante. La courbe du chômage ne bouge que dans la seule catégorie qui arrange le Président. Ceux qui bossent n’arrivent pas à payer leur taxe d’habitation. Nous sommes toujours en état d’urgence. Bref, ça baigne. Mais le président et le Premier ministre ont le temps de mettre en scène un déjeuner qui n’en finit pas, au Palais. Tout ça pour que les éditorialistes aient quelque chose à se mettre sous la dent. J’en ai ras la soupière. Cette tambouille me coupe l’appétit. Est-ce que vous croyez vraiment que les Français à découvert dès le premier du mois, se demandent le matin, en se beurrant la biscotte, si François Hollande ira ou pas à la  "primaire de la belle alliance populaire" ? Oui, madame, monsieur, ça s’appelle vraiment la  "primaire de la belle alliance populaire". On n’est pas sortis de l’auberge. Quand on en est là à 7h du matin, écoeuré à ce point, il n’y a qu’une recette pour sauver sa journée :

Le cake d’amour plutôt que la tambouille politicienne…

 

Le dicton du jour

 À la Saint André, la cuisine politique me file la nausée.


L'actuelle tambouille politicienne par franceinfo

Vous êtes à nouveau en ligne