Smoking! No Smoking!

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les fonctionnaires wallons contraints de pointer pour signaler leurs pauses cigarette qui sont décomptées de leur temps de travail. Alors que la mesure existe depuis 2009, le ministre compétent vient de rappeler la nécessité de l'appliquer en Wallonie. Un débat qui a déjà émergé dans les mêmes termes polémiques en 2011. Et en France ?

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

C’est la Une de la "Meuse", le quotidien belge en langue française qui a attiré mon attention et qui devrait intéresser Madame la ministre de décentralisation et de la fonction publique. Sur cette Une un gros titre : "Fonctionnaires wallons: la pause cigarette c'est terminé !" Et ce sous-titre : "Fini de contourner la règle: les fonctionnaires ne seront plus payés pendant qu'ils fument".

Et c’est vrai ?

Pour les 17.000 fonctionnaires wallons, toutes les pauses ne devraient plus se valoir. Si la pause café, la pause toilette et les pauses bavardages entre collègues sont tolérées, il en irait différemment de la pause cigarette. Alors il faut savoir que depuis 2009, les fonctionnaires wallons doivent déjà enregistrer leurs sorties et leurs retours dans le bâtiment administratif où ils sont basés. En théorie, le temps passé à fumer à l’extérieur du bâtiment est déjà décompté de leur temps de travail.


Et en pratique ?

Cette mesure n’a jamais été très populaire auprès des fonctionnaires fumeurs dont certains ont vu apparaître la mention "Journée invalide : horaire non totalement respecté" sur leur fiche de présence.

Et la mesure est si décriée que d’après l’enquête de La Meuse la règle serait loin d’être systématiquement respectée, notamment dans les services administratifs de petite taille, dans certains bâtiments situés à distance des grands centres du service public de Wallonie de Namur, la capitale, ou dans de plus petites villes.

"Chasse aux fumeurs"

Alors ça pose quand même une question : pourquoi décompter et pointer les sorties et les rentrées de ceux qui fument et pas de ceux qui papotent sans clopes ou de ceux qui boivent un verre? En tous cas, j’ai découvert que ce débat wallon n’a rien de neuf. J’ai retrouvé la trace de la même polémique, exactement dans les mêmes termes, dans les archives de la presse belge en octobre 2011. Les syndicats de fonctionnaires de la région wallonne s’étaient alors plaints d’une "chasse aux fumeurs". *

Mais là, ça ne rigole plus. Interrogé au parlement wallon, le ministre du budget, de la fonction publique et de la simplification administrative, le socialiste Christophe Lacroix n’a pas molli. Il admet que la pause cigarette et la pause café peuvent avoir un impact positif sur la productivité et la cohésion sociale, mais il a ajoute qu’aucun aménagement du temps du travail n’est prévu et que toute absence doit être compensée.

Alors devant ce coup de vis wallon, je me suis demandé Madame la ministre, quel est le régime pratiqué en matière de pause cigarette dans nos administrations? Est-ce que la pause clope fait partie du temps de travail dans notre fonction publique ou est-ce qu'elle est décomptée?

Vous êtes à nouveau en ligne