Le violoniste au violon !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un violoniste de rue qui exerce ses talents à Nantes depuis une dizaine d'années a eu très récemment deux procès-verbaux (en deux mois) de la police municipale pour "émission de bruits ou tapages injurieux diurnes troublant la tranquillité d'autrui". Plusieurs plaintes de riverains et de commerçants seraient les causes de ces procès vervbaux. Ses défenseurs et ses opposants réagissent...

 Ce matin l’autre info est à Nantes

Depuis plusieurs jours, Ouest France suit les tribulations d’un violoniste de rue installé depuis une dizaine d’années à Nantes. Dinu Vancea Andrei, 64 ans, musicien en chapeau haut de forme et gilet, est une figure de la ville. Mais il vient de recevoir deux PV de la police municipale.

Il y a eu des plaintes ?

Il y a une vidéo de Dinu qui joue sur le site de Ouest France. Le son n’est pas assez bon pour que je le passe.  C’est vrai qu’il y a un petit côté "crin-crin" qui doit vite devenir obsédant. Le violoniste a été verbalisé deux fois en deux mois par la police municipale pour "émission de bruits ou tapages injurieux diurnes troublant la tranquillité d'autrui". D’abord le 29 août, un PV à 68 €. Une somme énorme pour quelqu'un qui recueille à peu près 20 € par jour. Et puis le 21 septembre, nouveau PV. Des PV qui,  selon l’adjoint à la sécurité et à la tranquillité publique; auraient été dressés sur réquisition de riverains ou de commerçants. Si j’en crois Ouest-France , il y aurait 19 plaintes. De son côté, la présidente de l'association de commerçants dément être à l’origine de ces plaintes. En fait, chacun peut jouer de la musique à Nantes à condition de ne pas gêner. Quand c'est le cas, la police municipale demande au musicien de se déplacer. D’après la mairie, c'est parce que notre violoniste n'a pas obtempéré aux demandes des policiers municipaux, qu'il a été verbalisé. Alors, sur la page Facebook de Ouest-France Nantes il sont nombreux à défendre le violoniste verbalisé : "Du violon dans les rues, quel bonheur ! (…) chaque fois que je passe devant ce violoniste je m'arrête, j'écoute, je profite ".

Et puis il y a ceux qui comprennent les riverains excédés : "Sa version d'Inspecteur gadget je l'ai subie longtemps sous mes fenêtres et il m'a rendue allergique au violon ". Monsieur Bertrand, j'ai lu tous les commentaires provoqués par cette affaire. Alors qu’il paraît que la musique adoucit les moeurs, certains semblent vraiment prêts à en découdre pour un air de violon. Au delà de l’exemple du violoniste de Nantes, tous nos rapports sociaux sont désormais hyper tendus, violents, parfois hystériques. Vous militez depuis l’âge de 16 ans… Vous avez de nombreux mandats. Vous avez été plusieurs fois ministre… Vous voilà candidat aux régionales, à la primaire des Républicains… Vous croyez vraiment que vous avez les épaules, la carrure pour calmer des Français en pleine crise de nerfs ?

Vous êtes à nouveau en ligne