Le meilleur des mondes ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’Université des Sciences et des Technologies de Sichuan, en Chine, développe une voiture de police qui sera testée à partir du mois de juin. Elle devrait parvenir, grâce à des caméras fixées sur le toit, à détecter les passants (jusqu'à 120 km/h) et donc permettre aux policiers de reconnaître automatiquement les visages des individus qu'elle croise et de les comparer avec une base de données.

L’autre info est en Chine ce matin…

Le site Numerama reprend une information de l’agence de presse chinoise Xinhua. En gros, les chinois auraient inventé la voiture qui dévisage…

Comment ça ?

L’Université des Sciences et des Technologies de Sichuan développe une voiture de police qui sera testée à partir du mois de juin et qui devrait parvenir à détecter les passants et donc permettre aux policiers de reconnaître automatiquement les visages des individus qu'elle croise. Ce sera testé dans la province de Zhejiang (dans l’Est de la Chine).

Ça va fonctionner comment ?

La voiture a des caméras montés sur les toits, un peu comme la Google Car que vous pouvez déjà croiser dans vos rues ; des caméras qui captent tous les visages dans un rayon de 60 mètres et ce jusqu’à une vitesse de 120 km/h. Dès que les images seront capturées elles seront comparées à une base de données de la police chinoise. Une alerte sera émise si une personne croisée est un individu recherché. Voilà. Cette fois, nous y sommes… Les cauchemars les plus futuristes des auteurs de science fiction se réalisent les uns après les autres et on voit bien comment un pays qui n’est pas une démocratie pourra utiliser ce genre de technologies. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Ceci étant la Chine n’invente rien et la reconnaissance faciale est aussi envisagée par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve pour repérer des individus dans les aéroports. D’ailleurs pas mal de pays testent déjà ce genre de technologies dans des aéroports. Le Japon depuis 2014. Les états-unis depuis 2015 à l’aéroport de Washington-Dulles ou à Orlando. Et même l’aéroport de Bruxelles-National, attaqué comme on le sait, il y a quelques jours, avait mis en place, l’été dernier, au niveau du contrôle des frontières dans le sens des arrivées, un système de comparaison du visage et du cliché présent sur la pièce d’identité...  Le risque terroriste va entrainer partout des initiatives de ce genre. C'est certain. A-t-on encore le droit de dire que des technologies si intrusives ne nous conduisent pas forcément vers le meilleur des mondes ?

Vous êtes à nouveau en ligne