La clé de l'amour

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

On connaît les cadenas d'amour qui ont failli défigurer le Pont des Arts à Paris, jusqu'à ce qu'enfin les autorités se décident à faire disparaître ces horreurs. On sait moins que lorsque l'amour s'en va, certains viennent tenter d'arracher le cadenas dont ils ont, évidemment, jeté la clé. C'est le cas à Metz où une passerelle a été endommagée nécessitant une réfection. Triste issue à l'amour...

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ce matin l’autre info est à Metz

Depuis le mois de juin, le pont des Arts à Paris a été nettoyé et débarrassé des 45 tonnes de cadenas accrochés par des amoureux transis. Vous connaissez la tradition, monsieur Vidalies, Les cadenas d'amour (lovelocks en anglais) ce sont ces cadenas que les amoureux accrochent sur les ponts afin de symboliser leur amour. Ils peuvent y inscrire leurs noms. Une fois le cadenas verrouillé, la coutume veut qu’on jette ensuite la clé dans la rivière ou dans le fleuve qui coule sous le pont. Eh bien, selon le Républicain Lorrain, cette mode pose un problème sur certains ponts messins.

Il y a trop de cadenas ?

Non ce n’est pas ça ! Alors je précise pour les messins qui nous écoutent qu’il s’agit de la rambarde de la rue de la Garde et de la passerelle du Graoully. Vous savez ce que c’est que l’amour Nicolas. Ça va, ça vient… Ça va, ça vient…  Et puis un jour ça ne va plus et donc ça ne vient pas. Et comme ça ne vient plus, certains amoureux qui avaient accroché des cadenas en se jurant fidélité éternelle ont trouvé une méthode expéditive une fois que leur histoire d’amour est tombée à l’eau…

C’est à dire…

Au lieu de laisser le cadenas rouiller sur place, certains amoureux en rupture de ban, n’ont rien trouvé de mieux à faire que de venir tenter de retirer leur cadenas d’amour. Sauf qu’ils n’ont plus la clé. Donc ils se sont attaqués à la passerelle pour faire disparaître le cadenas qui ne symbolise plus pour eux un souvenir amoureux mais, tout au contraire, une plaie à vif qui ne cicatrise pas. Alors forcément pour retirer un cadenas sans la clé il faut du matos, comme des pinces. Et évidemment le anciens amoureux malheureux ont dégradé la passerelle pour arracher les cadenas. Des déprédations qui ne font pas rire les équipes de la Ville de Metz du maire socialiste Dominique Gros.

Des travaux de rénovation vont même devoir être entrepris sur la passerelle en question. Alors je ne sais pas monsieur Vidalies si chez vous dans les Landes les amoureux essaient tout aussi naïvement de verrouiller leur amour avec un cadenas. Ni s’ils tentent ensuite, une fois largués, de les arracher. Mon grand âge me permet de leur donner un petit conseil… Surtout, surtout, ne jetez jamais la clé ! Et apprenez, comme l’a écrit le poète Henri de Régnier que  "L'amour est éternel… tant qu'il dure". Vous êtes d’accord monsieur le secrétaire d’État ?

Vous êtes à nouveau en ligne