Érotisme maison

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un comédien professionnel qui vient chez vous jouer des textes érotiques pour un public d'amis ! Une lecture érotique et coquine à domicile pour un prix modique et qui permet le partage d'auteurs et de littérature. Après le spectacle, tout le monde dîne et échange. Une belle manière d'apprivoiser des textes et des écrivains dont l'œuvre tourne autour des émois, des chairs et des sentiments.

L’autre info est dans l’Eure ce matin…


Oui et c’est grâce au site Le Démocrate Vernonnais qui m’a conduit du côté de Vexin-sur-Epte. Une drôle d’expérience s'est déroulée chez un particulier. Un comédien professionnel est venu pour y réciter des textes érotiques…

C’est son activité ?

Il s’appelle Nicolas Raccah. Il a une maitrise de philo et il est sorti en 1999 de la Rue Blanche (désormais nommé l’ENSATT). Sur sa page Facebook, il présente ses spectacles Le Petit Traité du Plaisir créé en 2009 à partir de Poésies érotiques du XVIème siècle et Les Silencieuses (récit d'un voyage). Des spectacles qu’il joue en appartements mais aussi dans des médiathèques, des amphis, des librairies, des théâtres. Nicolas m’a précisé qu’il serait la semaine prochaine dans la Drôme, puis à Lunel, Colmar, Bruxelles, Besançon, Genève, Lyon. Et même le 19 mai dans l'Amphi Richelieu de la Sorbonne. Pour l'accueillir chez vous c’est simple, vous le contactez. Vous prévenez des amis. Vous préparez une collation. Le spectacle est rémunéré en participation libre au chapeau,  comme on dit, avec un minimum garanti de 350 euros. Lorsqu'il y a plus de 35 spectateurs, le minimum garanti est augmenté de 10€ par spectateur supplémentaire. Il faut bien sûr ajouter les frais de transport en train depuis Paris. C’est une représentation à domicile de ce genre que raconte le Démocrate Vernonnais. Une vingtaine de personnes avaient pris place pour écouter Les Silencieuses qui raconte le parcours d'un homme découvrant, physiquement et intellectuellement, le carcan de silence  et de misogynie que les femmes ont subi durant des siècles. Une fois le spectacle achevé Nicolas a partagé un verre et un repas avec les spectateurs. Cela crée, m’a-t-il expliqué une convivialité qu’il apprécie dans son métier où il est vrai qu’il est rare qu’artistes et spectateurs se rencontrent après. Alors d’après le Démocrate Vernonnais la maîtresse de maison (Madame G, hum) était ravie même si elle a regretté que les textes choisis ne soient pas plus torrides ! J’ai envie de lui dire que pour ça, il y a les sites pornos. Et puis, comme disait l’écrivain Yvan Audouard « L'érotisme, c'est quand on le fait et le porno, c'est quand on le regarde. »

Vous êtes à nouveau en ligne