Bestial

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Qu'est-ce-qui rime avec "radar" ? Et qui joue le même rôle ? Canards ! Eh oui, ce sont des canards Col vert qui jouent le rôle des "gendarmes couchés" ou des ralentisseurs dans la petite commune de Tilloy-lès-Conty. Installés dans une mare, ils adorent se sécher les plumes sur la rue principale qui traverse, à cet endroit, le village. Reste à espérer que personne n'accélère lorsqu'il les voit

{% embed dailymotion x391tnl_bestial_newsbr / %}

Ce matin l’autre info est dans la Somme

Le courrier Picard raconte comme la municipalité  de Tilloy-lès-Conty, environ 260 habitants, a trouvé un moyen à la fois peu coûteux et malin pour obliger les conducteurs à lever le pied….

Quel genre de moyen ?

Ça rime avec radar… Canard ! Eh oui ! Onze canards, des colvert, ont pris place dans une mare qui se trouve dans la rue d’En-Haut, l’axe principal du village. Et ces colvert ne sont pas là pour la beauté de leur ramage ou de leur plumage mais parce qu’ils adorent la chaleur du bitume. Ils ne restent donc pas le petit cul dans l’eau, ils en sortent pour sécher leurs plumes en plein milieu de la rue d’En-Haut. Une route en ligne droite sur laquelle ont été enregistrés d’importants excès de vitesse. C’est le maire qui explique dans le Courrier Picard comment un radar pédagogique prêté au printemps a permis de constater des excès de vitesse : 70 km/h et parfois même 90km/h au lieu des 50 km/h autorisés. Et le plus souvent vers 8 heures du matin ou entre 17 et 18 heures. C’est en cherchant une solution que de la discussion ont jailli les canards. Il est vrai qu’une telle initiative avait déjà été prise en 2013 dans une commune de l’Oise au sud de Beauvais, à Villotran ; j’ai retrouvé les articles en parlant.

Et ça marche ?

Les canards ont pris l’habitude de se planter au milieu de la route le matin et le soir, aux heures de pointe. Quand une voiture arrive, les canards ne bougent pas. Certains agriculteurs klaxonnent même pour les prévenir. Les habitants ont l’air satisfaits. C’est sûr que c’est moins gênants que les dos d’âne et autres gendarmes couchés. Et puis onze canards ça ne fait pas le même bruit que des ralentisseurs. Enfin, ça ne coûte rien : les canards ont été donnés et ils mangent de l’herbe ou du pain jeté par les gosses du village. Seul souci la survie des canards… À Villotran, en 2013, sur 75 canards en liberté, une quinzaine avaient été rapidement écrasés par des véhicules provoquant l’émoi des défenseurs des animaux. Du coup, comme la tendance est aux économies et au développement durable, il faut d’autres initiatives du même genre. Remplaçons les policiers par des poulets ! On pourrait aussi mettre des animaux à la place de certaines et certains de nos politiques. Des chèvres et des ânes feraient aussi bien !  Ou pas moins mal... J’ai des noms en tête. Et vous Pierre de Saintignon, avez-vous des idées pour compléter mon bestiaire ?

Vous êtes à nouveau en ligne