Si j’étais... Ben Laden

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président américain Barack Obama a interdit la publication des photos d'Oussama Ben Laden mort sous prétexte qu'elles peuvent choquer. Karl Zéro s'imagione dans la peau du chef d'Al-Qaida.

Si j’étais Ben Laden, je serais mort. Enfin, je crois, puisqu’on n’a toujours pas vu de photos de mon cadavre, Barack Obama ayant interdit leur publication. "De peur de choquer le public". C’est sûrement que je ne devais pas être bien beau à voir. Bien sûr, tout le monde s’en souvient, le 2 mai 2011 les Navy Seals, les super musclors, l’élite de l’élite de l’armée américain, sont venus tourner un méga jeu vidéo en fond vert dans ma villa d’Abbottabad, au Pakistan. Mais on ne m’y distinguait que de trois quarts dos, visiblement très affaibli, affalé devant la télé, tel un papy qui regarde "Des chiffres et des lettres". Après, on m’a chargé sur un bateau militaire et on m’a emmené en mer d’Arabie pour me donner à manger aux poissons, ce qui est contraire à notre tradition, mais comme j’étais mort, je n’ai pas pu protester auprès du capitaine.

Remarquez, j’étais peut-être déjà mort bien avant, allez savoir. Dans ma super grotte fortifiée de Tora Bora ? Où à l’hôpital à Dubaï, sous l’œil torve de mes supposés contacts de la CIA ? Peu importe, au fond, car ce qui m’amène aujourd’hui à sortir de ma réserve, au bout de ces cinq années de silence (qui ont du paraître une éternité à mon fan-club ) c’est une nouvelle ahurissante, mais 100% vérifiée, pour le coup. Une news à réveiller un mort: Le Pentagone vient de reconnaître avoir dépensé 540 millions de dollars pour tourner des faux clips d’Al-Quaïda ! Délirant ! Enfin, vaut mieux entendre ça que d’être mort.

Tout est question d'argent

Si j’étais Ben Laden, je serais en droit de me poser quelques petites questions. D’abord, sur la somme en question: 540 millions de dollars… c’est pas rien, quand même, c’est le prix des 16 TGV commandés à Alstom par le gouvernement pour sauver l’usine de Belfort. Or, moi et mes potes barbus, quand on tournait nos vidéos, elles coûtaient plutôt 54 dollars pièce. Un coin de désert, un drap tendu, un kalach’, deux chèvres et vas-y que je mette le grand satan en garde ! C’était du homemade, du low-cost, de la bricole, mais je peux vous dire que ça cartonnait sur YouTube ! 100 millions de vues à chaque coup. Donc, soit le Pentagone a produit dix millions de fausses vidéos d’Al-Quaïda à 54 dollars pièce, et dans ce cas elles seraient visibles quelque part, soit le Pentagone raconte des conneries. Optons pour cette seconde hypothèse ? On est d’accord !

De l'importance des adresses IP

Si j’étais Ben Laden, je me dirais: à qui le Pentagone s’est-il adressé pour réaliser ces fausses vidéos, et dans quel but ? A ce tarif-là, je me suis dit, ils ont du au moins faire appel à Bygmalion. Mais non, tu penses, des anglo-saxons faire bosser des frenchies. Jamais. Les Américains se sont tournés vers des Anglais, une grosse boîte du nom de Bell Pottinger. Elle a pignon sur rue, cette société de communication, elle peut s’enorgueillir de travailler à la fois pour la Fondation Pinochet (si si, ça existe !), Bachar Al-Assad et le président à vie de Biélorussie. Que du beau monde. Si j’étais complotiste, j’ajouterais que la liste complète des clients de Bell Pottinger – allez checker sur Wikipédia – c’est le Bottin mondain des illuminatis ! Mais je ne suis pas conspirationniste, pas la peine. Puisque je suis Ben Laden.

Mais alors, me direz vous, à quoi ont servi ces fausses vidéos d’Al-Qaïda ? Et bien, selon le Pentagone, à répérer l’adresse IP de ceux qui les regardaient sur leur ordinateur. Fallait y penser ! Ils n'auraient pas pu repérer les adresses IP de ceux qui regardaient les vraies vidéos, les miennes ? Non, tu penses, ils préféraient savoir qui regardaient les leurs ! Allez comprendre !

Où alors, ils voulaient se faire de la thune sur mon dos, en monétisant leurs contrefaçons ? Mais dans ce cas, pourquoi débourser 540 millions de dollars ? Ils avaient qu’à me demander de les tourner pour eux, à ce tarif, on en aurait fait plein, des fausses vidéos, et après avec leur argent, tous les 11 septembre, on n'aurait pas eu à détourner d’avion, on les achetait. Bref, si j’étais Ben Laden je me demanderais si les 540 millions de dollars du Pentagone, c’est pas tout bonnement à moi qu’ils étaient destinés. Si c’est ça, je vais leur foutre un procès au cul, ils vont voir qui c’est Oussama !

Vous êtes à nouveau en ligne