Si j'étais... Jean-Marc Morandini

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Lundi 17 octobre, l'animateur Jean-Marc Morandini est revenu à l'antenne. C'était sur i-Télé. Karl Zéro s'est imaginé dans la peau de celui qui est mis en examen pour "corruption de mineur aggravée".

Si j’étais Jean-Marc Morandini, je serais très heureux. Ce matin, pour la première fois, en quarante ans de carrière, je fais la Une de Libé ! Une de ces couvertures légendaires de Libé qui se garde, qui s’encadre, aux côtés de Coluche, de Gainsbourg, de Barbara. Sauf que moi, je suis pas mort ! Enfin si, médiatiquement, mais ça mon patron, il ne veut pas le savoir. 

Il y a à peu près une semaine, j’étais en train de dormir par terre en pleurant, une habitude dont on a du mal à se défaire après une garde-à-vue, et voilà t'y pas que mon téléphone sonne. C’était pas arrivé depuis longtemps, à part Mourad, un jeune qui me gave parce que je lui ai promis 500 euros parce qu’il… enfin je décroche, je fais :  "Mourad, lâche-moi tu veux ? Je dors par terre ! En pleurant !" Il me fait : "C’est pas Mourad, c’est ton patron, connard !" Je me met au garde-à-vous, oui chef- bien chef ! Il me dit : "Jean-François, on a un problème !" Je lui dis : "Moi, c’est Jean-Marc, mais vous connaissez tant de monde, patron, que je comprends que…" 

"Ta gueule !", il me fait. Quand le patron dit ta gueule, tu la fermes, c’est pour ça que c’est le patron, même à Mobutu ou Bokassa il dit "ta gueule" mais chez lui c’est amical, comme "connard". Là, il enchaîne : "Bon, Jean-Patrick, les journaliste de i-Télé me pompent, ils déplorent l’absence de ligne éditoriale claire sur i-Télé, donc… tu prends l’antenne lundi ! Tu incarneras la nouvelle ligne éditoriale de i-Télé qui bientôt s’appellera C-News ! T’as compris ? C-News, c’est neuf, c’est des news, des nouvelles news, et toi tu es neuf, tu es news. Salut."  Et là, il raccroche, il avait sûrement Bokassa en double appel. Moi je me dis : "Putain, c’est quoi une ligne éditoriale ?"  Je checke sur Wikipedia, je pige rien, c’est confus, alors je me rendors par terre en pleurant.

Clause de confiance

Si j’étais Jean-Marc Morandini, les journaliste de i-Télé se seraient mis en grève à l’annonce de mon arrivée imminente. Enfin, si j’étais Jean-Marc Morandini, je dirais pas "imminente", je dirais "de mon arrivée tout de suite"

Tout de suite, la pub, tout de suite, ne zappez pas, tout de suite, le grand direct de l’info, tout de suite, tu vas me sucer. 

C’est plus fort que moi, je suis assez "Tout de suite" comme mec. 

Bref, ils se mettent en grève, les journalistes. Bon, faut reconnaître, sur une chaîne d’info en continu, ça ne se fait pas, s'il n'y a plus d’infos en continu tu mets quoi à la place ? Ça, mon patron, il n'y avait pas pensé, parce qu’il n'a jamais regardé i-Télé, il adore les infos, mais il regarde BFM. C’est comme si vous Fabienne vous arrêtiez là, tout de suite. Il ferait quoi Jean-Michel Aphatie, sans vous ? Et Birenbaum ? Alors là, mon patron il pète un cable, il les appelle:  "Allo, les connards ? Je vous trouve une ligne éditoriale incarnée par un grand journaliste d’envergure, de la race des immenses style Philippe Labro, et vous chiez dans la colle ? Faites jouer vos clauses de conscience et tirez-vous !" Je checke dans Wiki c’est quoi  "clause de confiance", ça n’existe pas, donc ça me rassure, je me dis il est fort mon patron, c’est pour ça que c’est le patron, il les a bien niqués !

Non-événement

Là-dessus, je pars pour le studio, enfin, comme il était occupé par les grévistes, pour la loge d’une concierge que je connais – c’est la mère à Mourad – pour présenter Morandini Live, ma nouvelle émission qui parle de la vie des médias. Et là, la loose : un nouveau témoignage contre moi sort dans les Inrocks ! Un jeune, de 18 ans à l’époque des faits mais je lui en donnais 12 sinon, jamais j’aurais… bref un jeune qui révèle que je l’ai forcé à... et à me faire une euh….Priorité au direct, je me dis, faut que j’en parle dans l’émission ! La vie des médias c’est mon truc, obligé d’en parler ! Là, le téléphone sonne, c’était pas Mourad. "Jean-Philippe ! Tu parles surtout pas de la nouvelle qui vient juste de sortir dans les Inrocks ! C'est un non-événement." Maintenant je sais pourquoi c’est le patron, mon patron. Il appelle ça des non-événements.

Vous êtes à nouveau en ligne