Si j'étais... François Bayrou

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Karl Zéro s'est imaginé dans la peau de François Bayrou, maire de Pau et soutien décu d'Emmanuel Macron.

Si j’étais François Bayrou, je me serais bien fait niquer. Excusez cette formule, à une heure où, je le sais, des enfants sont en route pour l’école nous écoutant religieusement dans le véhicule de leurs parents… Mais là je craque, je suis hyper-vénère ! Je vais lui défoncer sa race à ce teubé ! 

Chacun se souvient de mon courageux ralliement à Emmanuel Macron, lorsque j’ai senti que c’était plié à droite. Tout le monde a entendu les petits conseils qu’en vieux sage, je lui ai prodigué à voix basse : "Président de la République, mon coco, c’est un truc bizarre. Vous n'avez pas l'âge qu'il faut, mais ça ne fait rien. Si vous pouvez réussir là où j'ai failli, je vous aiderai…" J’attendais en retour, avouez que c’est la moindre des choses, qu’il me renvoie l’ascenseur… J’ai été patient, très, trop. Elégant, impeccable, style "Gandhi la grande âme"… J’ai rien vu venir, pas même le monte-charge, ou même un petit passe-plat.

Sans moi, il faisait 6%, c'est mathématique

Si j’étais François Bayrou, je n’aurais certes rien demandé en échange de mon formidable soutien, puisque je suis bien élevé. Et pourtant, Dieu sait combien ce soutien a radicalement changé la donne au premier tour. Sans moi, ce petit ingrat, cette boule d’ego ne passait pas la barre du premier tour. Et Fillon, à sa grande surprise, se voyait élu au second. Macron n’a fait 24% au premier tour que parce que les voix MoDem se sont unanimement portées sur lui, à la nord-coréenne, à l’appel du chef suprême, en l’occurence moi !

Sans moi, il faisait quoi ? maxi 15% ! Ben oui, si vous lui retranchez les 9% que j’ai fait en 2012, ça fait 15%. C’est mathématique. Il a qu’a demander à ce Villani là, le matheux chevelu qu’il présente aux législatives, il le lui confirmera… Et encore, je suis gentil, 2012 c’était pas un bon millésime, en 2007 j’avais fait presque 19%… Faites le calcul… 6%, ça lui faisait 6% ! A peine plus que Dupont-Aignan !

Il me doit tout ! Sans moi, pas de petite balade avec son petit manteau au Louvre, sur l’Hymne à la joie ! Sans moi, pas de Valls réélu à Evry, puisqu’il ne lui met personne en face ! Sans moi, et je tiens à dire que ce n’est pas du sexisme, mais… même Brigitte comprenait qu’il le valait pas un clou ! Vous connaissez les femmes hein, elle le quittait direct ! Bon OK, c’est un peu sexiste, elles ne sont pas toutes comme ça.

Elle est où, Line Renaud ?

Si j’étais François Bayrou, je serais tombé de ma chaise, au moins six fois, en découvrant le nom des 428 candidats de La République en marche. Elle marche sur la tête, oui ! C’est d’abord le Bottin mondain, puis un inventaire à la Prévert… Je vois qu’il a choisi la célèbre torera glamour, Marie Sara, pour affronter Collard… Admettons. Ça doit être une idée à Brigeou, ça…Je vois le juge Halphen dans le Calvados. Lui qui ne boit pas. Je vois l’ex-juge Vichnievsky, et Gaspard Gantzer, le chargé de com d’Hollande, pourquoi pas. Alors je cherche les noms d’Arditti, de Line Renaud et de Stéphane Bern, mais ils y sont pas. Je vois une farandole de ralliés socialistes, et après… que des inconnus ! Des chômeurs, un étudiants, plein de femmes…Du grand n’importe quoi ! Je ne vois pas Marielle de Sarnez, ni Robert Rochefort, mon ex-numéro 2 qui, depuis qu’il suit son traitement anti-onanisme chez Casto, va beaucoup mieux…Pas un seul MoDem dans sa liste !

Manu, si tu m’écoutes, sache que ça se passera pas comme ça, sans moi t’es rien, t’es qu’une moule, je vais te détruire, t’entends ! Allez salut !