Politique jeunesse : en finir avec le mille-feuilles

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La jeunesse est censée être la priorité du quinquennat. Mais de quelle jeunesse parle-t-on ? Celle qui abandonne les études sans diplôme – 120.000 jeunes par an – et qui est la plus touchée par le chômage ? Celle des étudiants qui jouent les prolongations chez leurs parents ? Et surtout : pourquoi les politiques publiques ont jusque-là échoué ?

On en parle avec le sociologue Vincenzo Cicchelli, qui publie à la Documentation française : L'autonomie des jeunes.

Présentation du livre par l'éditeur :

"Accéder à l'indépendance reste souvent trop souvent encore problématique
pour les jeunes. Face aux difficultés rencontrées, les politiques
publiques ont été diverses. Certaines aides comme celles au logement
sont assez largement accessibles, aux étudiants, notamment. Dans le même
temps, certains autres jeunes, dès lors qu'ils n'ont pas eu accès aux
systèmes de formation restent davantage  défavorisés sur les plans
sociaux, économiques et culturels, ou risquent même de basculer dans la
grande précarité. Le cas type relevé du jeune est issu de classes
moyennes, poursuit des études supérieures (cela concerne désormais près
de la moitié d'entre eux) tout en  travaillant et habitant hors de chez
ses parents ; il continue de recevoir d'eux une aide matérielle et
psychologique qui le conduiront progressivement vers l'autonomie. Cet
ouvrage aborde tous les aspects de l'autonomie plurielle et constitue
une synthèse précieuse des connaissances en ce domaine." Lire la suite (sommaire, etc.)

Vous êtes à nouveau en ligne