Les écoles de commerce post-bac

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une centaine d’écoles de commerce recrutent directement après le bac. Une voie qui séduit de plus en plus de lycéens. Mais pour réussir les concours, il faut s’y mettre tôt dans l’année. Sophie de Tarlé, journaliste à {L’étudiant} nous donne ses conseils pour réussir.

Il existe une centaine d’école de commerce en quatre ou cinq ans qui recrutent directement après un bac ES, S, STG et L, contrairement à leurs illustres ainées comme HEC et l’Essec qui recrutent après deux ans de classe préparatoires. Elles ont acquis ces dernières années leurs lettres de noblesse, et aujourd’hui, elles offrent d’excellentes garanties. Elles décrochent des labels, développent leurs relations internationales, musclent leurs services de suivi des diplômés.

De plus en plus de candidats tentent d'entrer dans ces écoles : + 41 % de candidats depuis 2005 pour le concours SÉSAME, + 70 % pour le concours ACCÈS, deux concours qui permettent de postuler à plusieurs écoles.

Les critères de choix

Pour vous aider à choisir, chaque année L’étudiant publie le palmarès des écoles de commerce post-bac. En 2011, L'Ieseg (école de l'université catholique de Lille) et le BBA Essec (ex EPSCI) arrivent en tête du palmarès (38 écoles classées). En deuxième place, figurent le Cesem (Reims Management School), l'EDC et l'Essca.

D'autres critères existent pour affiner vos choix : le palmarès des écoles ayant le plus de proximité avec les entreprises, le palmarès des écoles ayant la meilleur reconnaissance académique ou celles qui permettent de travailler à l’étranger, les écoles pour petits budgets ou qui ont le plus développé l’apprentissage. Jessica Gourdon, journaliste à L’étudiant a même publié la liste des écoles qui ont le plus d’anciens dans le Who’s Who, un critère parmi d’autres pour juger de la réussite des anciens !

Les inscriptions varient en fonction des écoles. Elles se font soit auprès de l’école elle-même si elle organise son concours de façon indépendante (c’est le cas pour une vingtaine d’entre elles), soit par le biais de concours communs qui permettent en passant un seul écrit de postuler à une dizaine d’écoles. Les principaux sont Sésame, Accès, Pass et Team. L’inscription se fait à partir de début janvier jusqu’à la mi-mars. Le concours a lieu au printemps.

Le budget

En 2011, le montant des droits d’inscription au concours Sésame s’élevait à 215 € pour une candidature, et 25 € par candidature supplémentaire, et 50% de ces montants pour les boursiers d’Etat. Pour le concours Accès, en 2011, le montant des droits d’inscription est de 95 euros pour une candidature et 80 euros par candidature supplémentaire. Heureusement, lorsqu’un boursier d’Etat intègre finalement une école les frais lui sont remboursés. Les écrits se déroulent dans une vingtaine de villes, ce qui évite le plus souvent des frais de transport et d’hébergement aux candidats. En revanche, il faut se rendre sur le campus principal de chaque école pour les épreuves orales d’admission. Heureusement, la plupart des écoles mettent en place des "équipes d’accueil", et proposent un hébergement chez des étudiants ou en résidence universitaire.

Bien se préparer

En théorie, il suffit de s’entrainer avec les annales des années précédentes. Mais beaucoup de lycéens s’inscrivent dans des prépas privées durant les vacances.

Il ne faut pas forcément être un excellent lycéen, mais se préparer de façon sérieuse. Le concours Accès est, toutes écoles confondues, le plus sélectif. Si l’ESDES déclare admissibles 57,8% de ses candidats, cette proportion tombe à 27,3% pour l’ESSCA, 24,1% pour l’IESEG. Mais les candidats ont intérêt à consulter de près la sélectivité au niveau de chaque parcours ou "track" au sein d’une même école. En effet, en fonction des langues parlées, la sélection sera différente. Ainsi, le track franco-allemand du Cesem Reims est plus accessible (73,26 % d’admissibles) que le track franco-Américain, pris d’assaut (7,11%).

Vous êtes à nouveau en ligne