Comment placer son capital sans prendre de risque ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Question d'argent" répond aux questions de Claire qui désire placer son capital, de Raymonde qui veut faire une donation à ses enfants, de Juliette qui a été victime d'une fraude à la carte bancaire et de Raymond qui s'interroge sur "l'hypothèque rechargeable".

Claire dispose d'un capital de 200.000 euros à la suite d'une vente
immobilière. Elle veut placer cet argent  jusqu'à fin 2014, échéance à
partir de laquelle elle souhaite réinvestir dans la pierre. Elle ne veut pas
d'assurance-vie car elle aura, dit-elle, besoin de cette somme avant 8 ans.

Il faut
profiter de cette question de Claire pour réaffirmer qu'il n'est pas nécessaire
d'attendre 8 ans pour tirer profit d'un contrat d'assurance-vie. L'argent est
immédiatement disponible. Mais il est vrai que la fiscalité est plus douce
après 8 ans. Mais en tout cas, sur une seule année, un placement en
assurance-vie n'a pas de sens car il faut amortir les éventuels frais de
chargement pris sur la prime et les frais de gestion pris sur l'encours.

 Donc vers quels placements Claire peut-elle se tourner  ?

Claire ne
peut pas prendre de risque puisqu'elle veut acheter de la pierre à la fin de
cette année. Il faut donc viser la sécurité. Pour cela, elle peut s'orienter
soit vers les comptes à terme, soit vers les super Livrets des Banques.

 

Raymonde voudrait faire une donation à ses enfants. Elle  vous
demande comment faire pour ne pas payer d'impôts sur les sommes données.

Il existe
deux dispositifs pour faire une donation à des enfants. Il y a tout d'abord la
donation dite Sarkozy qui permet de donner aujourd'hui 31.865 euros à
chacun de ses enfants. C'est un montant par part et par enfant ce qui signifie
que chaque parent peut donner cette somme à chacun de ses enfants. Si on ne dépasse
pas ce montant, il n'y aura pas de droits à payer. On peut renouveler
l'opération tous les 15 ans dans les mêmes conditions.

Une précaution à prendre ?

Oui, tout
d'abord, la donation dite Sarkozy ne concerne que des sommes d'argents
et non des biens d'autres natures. Il faut bien le comprendre. Ensuite, il faut
faire enregistrer la donation qui est juridiquement considérée comme un don
manuel, même si l'opération (ce qui est conseillé) se fait par chèque ou par
virement bancaire. Enregistrement soit auprès d'un notaire, soit directement
auprès des services des impôts.

Et l'autre dispositif ?

Il s'agit
des donations classiques. L'abattement est de 100.000 euros là encore par
parent et par enfant. Mais à la différence de la donation Sarkozy , il
concerne tous les biens et pas seulement les liquidités.

 

Juliette vous demande si on doit toujours porter plainte auprès de la
police ou de la gendarmerie pour être indemnisé quand on est victime d'une
fraude à la carte bancaire ?

La réponse
est non. Même si certaines banques continuent à le demander à leurs clients. La
loi n'impose pas un tel dépôt de plainte pour se faire indemniser.

Alors quelles démarches Juliette doit-elle effectuer ?

Faire
opposition dès que l'on a conscience du vol de la carte bancaire ou de sa
perte. Immédiatement par téléphone, puis par lettre recommandée avec accusé de
réception auprès de sa banque.

Et la banque remboursera ? 

Elle doit,
c'est la loi, rembourser les opérations frauduleuses (autrement dit les
paiements) effectuées après l'opposition.

Et pour les transactions faites avant ? C'est Juliette et ceux ou
celles qui sont dans sa situation qui doivent assumer ces opérations
frauduleuses ?

Oui et
non. Oui jusqu'à une franchise d'un montant maximum de 150 euros et donc non
au-delà.

Et si le code a été copié ?

Si le code
a été copié ou observé à l'insu de son titulaire, on doit être intégralement
remboursé. C'est la même chose pour une utilisation abusive sur internet, pour
payer un voyage par exemple.

Et dans ce cas, de quels délais dispose-t-on pour contester ces
opérations frauduleuses ?

D'un délai
de 13 mois dans l'Union européenne et d'un délai plus court, 70 jours hors de
l'Union européenne.

 

Raymond aimerait se procurer du crédit pour investir dans l'immobilier
alors qu'il n'a pas terminé le remboursement de son emprunt immobilier en
cours. Il a entendu parler de l'hypothèque rechargeable et vous demande en quoi
consiste ce mécanisme ?

Il existe
par exemple, le recours à l'hypothèque rechargeable. Il
est possible d'emprunter alors que l'on n'a pas terminé de rembourser un prêt
immobilier. Par exemple, sur un
emprunt  classique amortissable de 100, il reste 25 à rembourser.  La
technique de l'hypothèque rechargeable consiste à solliciter un nouvel emprunt
à hauteur de ce qui a été remboursé (soit 75 dans notre exemple). Puisque
l'hypothèque a déjà été prise, il ne sera pas nécessaire de refaire toutes les
démarches classiques. On peut ainsi utiliser ce crédit soit pour acheter un
bien immobilier, soit pour réaliser des travaux de rénovation ou d'adaptation
au grand âge, soit pour le consommer. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne