Profession : reporter. Se souvenir de Martial Cure

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Martial Cure nous a quittés. À 57 ans, le journaliste de France Bleu Loire Océan a été emporté par une maladie foudroyante.

Dans Profession : reporter, on ne reviendra pas sur les qualités humaines si bien décrites par celles et ceux qui l’ont côtoyé, mais on s’attardera sur les convictions. de Martial Cure et sur ses 30 années au service de l’information régionale.  

On peut être grand reporter à l’échelle d’un département. Et tous les journalistes n’ont pas pour ambition de faire le tour du monde ou de travailler dans les grandes chaînes. L’image de l’appareil photo ou du Nagra en bandoulière dans les aéroports n’est pas la seule qui fasse rêver les aspirants journalistes. On peut s’épanouir en racontant ce qui se passe au coin de sa rue, et ce qui se passe au coin de sa rue a, aussi, une portée universelle. C’était une des convictions de Martial Cure.

Un pilier de la rédaction

L’information locale donne à comprendre le monde dans lequel nous vivons, le quotidien de la société dans laquelle nous évoluons. Martial, comme beaucoup d’autres, a dédié sa carrière à l’information locale, et l’information locale n’est pas une deuxième division, elle se situe à la hauteur du national et de l’international. Et dans la nécessité de raconter la proximité pour mieux comprendre les pulsations d’un pays, elle se pose en vecteur essentiel.

Martial Cure, un pilier de la rédaction de France Bleu Loire Océan, \"un journaliste rigoureux, méthodique, curieux et toujours à l\'écoute\", témoigne le rédacteur en chef Pascal Roche. 
Martial Cure, un pilier de la rédaction de France Bleu Loire Océan, "un journaliste rigoureux, méthodique, curieux et toujours à l'écoute", témoigne le rédacteur en chef Pascal Roche.  (FRANCE BLEU LOIRE OCEAN)

Il est commun d’entendre aujourd’hui le reproche d’un journalisme parisien, centré sur la vie en Île-de-France, connecté aux élites. Le travail de l’information locale est pourtant une richesse de la profession que les détracteurs du journalisme n’évoquent jamais. Or, les 44 radios locales de France Bleu fournissent un travail de terrain qui fait du territoire la spécialité des reporters qui le parcourent.

La connaissance du territoire et de ses enjeux

Comme l’évoque Florian Cazzola, journaliste de France Bleu Loire Océan, il n’y a pas de journaliste politique, santé, économie ou culture dans la rédaction. Tout le monde fait tout, et le support est la connaissance du territoire et de ses enjeux. C’est le terreau de l’information locale et il faut le traiter avec rigueur ; la rigueur, le maître-mot de Martial Cure. Pascal Roche, son rédacteur en chef, la considère essentielle. D’autant que dans le travail de proximité, le journaliste vit avec ses auditeurs qu’il croise dans la rue ou à la boulangerie. Le debrief d’un reportage ou d’un journal avec les auditeurs peut se faire au marché, au détour d’un café. Des échanges qui élèvent le niveau d’exigence.

Tout le monde fait tout

On ne saluera jamais assez la polyvalence des journalistes de France Bleu. Capables de tout couvrir. Capables de produire plusieurs sujets par jour sur leur antenne et sur francebleu.fr. Capable de partir en reportage, de présenter un journal, de réparer un moyen technique en panne.

Martial Cure a fait tout ça. Et il a transmis son 'local virus' aux générations qui suivaient. Aurore Jarnoux, Julie Munch en témoignent. L’information locale n’est pas une école, c’est une fin en soi. Raconter les vies qui s’y jouent, c’est raconter nos vies. Et ne pas oublier celle de Martial qui a tant donné au métier. "Pilier de la rédaction", pour un journaliste qui aimait le sport, la formule est évocatrice.    

Le nouveau studio de la locale de Nantes. 
Le nouveau studio de la locale de Nantes.  (FRANCE BLEU LOIRE OCEAN)

Vous êtes à nouveau en ligne