Profession reporter. Au milieu des vélos du Tour de France, les moto-reporters

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est le quatrième Tour de France cycliste de Fanny Lechevestrier de la direction des sports de Radio France. 

Depuis la moto franceinfo, Fanny Lechevestrier a commenté toutes les étapes de son quatrième Tour de France cycliste. Une édition atypique, mais à la ferveur intacte. Comment les journalistes ont-il appréhendé la grande boucle de l'été indien ? 

Les journalistes ont été repoussés bien au delà de la ligne d'arrivée, des mètres et des minutes plus loin, et ça change tout. La voix du vainqueur ou du vaincu n'est plus essoufflée et les traces d'émotion sont effacées par l'espace temps. Le reporter sportif qui travaille la matière du direct est forcément perturbé par le protocole sanitaire.

Le contact direct avec les coureurs n'existent plus 

Fanny Lechevestrier de la direction des sports de Radio France comprend les consignes mais déplore l'état de fait. Les cyclistes, elle les voit de loin. D'abord le matin, au village départ, fini le tête à tête, micro à la main. Les coureurs sont dans des boxs, une barrière les sépare des journalistes qui déploient alors leurs perches.

Ensuite, sur la route, depuis la moto, elle accompagne des yeux les efforts, les visages crispés et les épaules dodelinantes dans les ascensions, elle commente la sueur, la détermination, le surpassement, la perdition. Et une fois la ligne d'arrivée franchie, il faut attendre. Attendre que les uns et les autres descendent de leurs vélos, récupèrent et se présentent devant caméras et micros en se tenant à distance. 

Un selfie de Fanny depuis la moto
Un selfie de Fanny depuis la moto (FANNY LECHEVESTRIER / RADIO FRANCE)

La matière première de Fanny Lechevestrier, c'est le direct

A l'arrière des motos franceinfo et France Bleu, pilotées par les techniciens de reportage Alexandre Abergel, Jean-André Giannecchini et Jérémy Tuil, équipée de deux casques, l'intégrale moto et l'audio, dans lequel elle reçoit dans une oreille, le retour de l'antenne, et dans l'autre, les infos de Radio Tour, qui donnent tous les détails de la course et ses rebondissements, Fanny est masquée. Un masque FFP2 qu'elle retire pour parler dans son micro intégré pendant les directs, bloc-notes à la main, Fanny Lechevestrier ne doit pas se laisser déconcentrer par les contraintes de l'exercice et les soubresauts de la moto, qui slalome, accélère, freine.

C'est de la haute voltige et un exercice de concentration

En deux minutes, elle doit donner à voir, trouver les mots justes dans une improvisation, et surtout, vecteur principal, donner l'information, les faits majeurs de l'étape en direct. 

Ce dimanche soir, 20 septembre, quand le podium des Champs-Elysées sera démonté, Fanny rentrera chez elle avec une forme de blues. Au-delà d'un défi sportif hors norme qu'elle suit de l'intérieur au plus près, commenter le Tour de France relève aussi de l'aventure humaine. L'équipe Radio France est composée d'une trentaine de journalistes, techniciens, chauffeurs, chargés de production, assistants, qui ont tous un rôle clé dans l'organisation. C'est une équipe soudée par l'adrénaline au quotidien, qui a vécu ensemble trois semaines intenses, et qui va se séparer ce soir. Bravo et merci !

Vous êtes à nouveau en ligne