Prenez soin de vous. Sortez de votre confort

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, mettez-vous à l'écoute de vos besoins. 

Produire / consommer... Et si la société occidentale nous plongeait dans une anesthésie généralisée du confort ? La question est au coeur de la réflexion de Thierry Janssen, chirurgien belge de renom jusqu'en 1998, devenu psychothérapeute, spécialisé dans l'accompagnement de patients atteints de maladies physiques, et pionnier de la médecine intégrative, une médecine du corps et de l'esprit. 

Thierry Janssen part d'un constat tout simple. "La vie que nous menons en Occident, aussi confortable soit-elle en apparence, ne nous convient en fait absolument pas." Manque de temps, manque d'espace, stress permanent... Nous oublions nos besoins essentiels, nous nous endormons dans l'illusion du confort, et nous en payons le prix fort, avec un nombre de cancers, de dépressions et de burn-out en constante augmentation. Sans parler des crises économiques, sociales et environnementales qui se multiplient. 

Connectons-nous à nos émotions

Pour sortir de ce cercle vicieux, Thierry Janssen propose de nous reconnecter à ce qui nous rend vivant, nos émotions. Depuis longtemps niées dans nos sociétés occidentales, elles sont pourtant le signal de ce qui est bon ou pas pour nous. Prenons la colère. Nous y voyons quelque chose de négatif. Elle nous dit pourtant qu'un de nos besoins n'est pas rempli, et c'est l'occasion de se demander lequel. 

Ces émotions font réagir notre corps. Mais là aussi, nous nous sommes coupés de nos sensations. Notre corps pourtant s'épuise à nous envoyer des signaux d'alerte : tensions, douleurs, fatigue. Le message est clair. Il nous demande de nous détendre et de nous reposer. C'est sans compter notre mental qui nous trompe. Menteur hors paire, il est capable de nous faire croire qu'on peut encore un peu plus tirer sur la corde. Il nous maintient dans nos croyances ("Si je prends un jour de congé, je vais perdre mon boulot"), car il a horreur des changements. Les neurosciences ont montré que le cerveau reprenait des programmes tout faits. 

Il faut calmer ce mental

La méditation le permet en focalisant l'attention sur le moment présent. Vous pouvez aussi prendre le temps, ne serait-ce que 10 minutes, d'aller marcher, de regarder les arbres, ou de vous assoir sur un banc sans rien faire (et sans portable). "Accepter cette réalité demande un certain courage, mais tout le monde en est capable", affirme Thierry Janssen. Il donne une conférence lundi 6 avril au théâtre de l'Atelier à Paris, avec le magazine Hapinnez.

Vous êtes à nouveau en ligne