Prenez soin de vous. Passez de bonnes vacances avec vos ados

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, des conseils pour que les vacances avec vos ados ne se transforment pas en cauchemar.

C’est le début des vacances d'été vendredi 5 juillet. Résultats du bac et bientôt du brevet en poche, vous avez peut être prévu de partir avec vos ados. Pour que le voyage ne se transforme pas en cauchemar, j’ai demandé des conseils à Louison Nielman, psychologue clinicienne, auteur de Vivre heureux avec ses ados, aux éditions Macha Publishing.

Sa recommandation est de se reconnecter à votre ado intérieur. Souvenez-vous que vous aussi au même âge, vous avez aimé, frissonné, transgressé et largement envoyé balader vos parents. Et si vous ne l'avez pas fait, si vous avez été un ado sage, racontez-le leur, mais ne vivez leur adolescence par procuration et surtout ne leur faites pas payer.

Les ados sont décalés !

Une fois sur votre lieu de villégiature, la première chose à faire, selon Louison Nielman, est de poser le cadre. Ce sont les vacances, vous autorisez plus de choses, mais il y a des horaires à respecter. Pour les fixer, tenez compte de son rythme. Inutile de lui imposer un réveil à l'aube pour partir en randonnée. Ce n'est pas un mythe, les ados sont décalés. Laissez-le, si besoin, se lever en fin de matinée, mais exigez sa présence au déjeuner ou au dîner.

De la même façon, imposez qu'il participe à un certain nombre d'activités en famille. Demandez à chacun de faire la liste de ses envies au début des vacances et arbitrez en fonction du budget et des possibilités. Cela permettra à chacun de se sentir écouté. Et de mieux gérer la frustration. Les ados sont dans la toute-puissance, plus réceptifs physiologiquement aux hormones du plaisir : dopamine et adrénaline et ils en redemandent. C'est le rôle des parents de leur dire non et de les ramener dans un principe de réalité.

Le dialogue est primordial

Si votre ado se rebelle, l’idée est d’essayer de rester souple, dans le cadre. L'important est d'être à l'écoute de ses émotions pour éviter les colères rentrées et les conflits larvés. Restez dans le dialogue. Et si c'est impossible sur le moment, s'il cherche l'affrontement ou s'il vous parle mal, regardez ailleurs. Laissez la tension redescendre et parlez-lui de votre ressenti. Préférez le "je" au "tu", pour ne pas être dans le jugement. Evitez aussi d'être moralisateur. Parlez des copains des autres pour évoquer des situations à risque et pour ne pas cibler directement le comportement de votre ado. Dédramatisez ses sautes d'humeur. Et surtout dites-vous que ce n'est pas contre vous. C'est une façon d'attaquer la figure parentale pour mieux s'en séparer. Paradoxalement, l'ado a aussi besoin d'ocytocine, l'hormone de l'attachement. Rassurez-le, sécurisez-le. Dites-lui que vous êtes là pour lui, quoiqu'il arrive, qu'il peut compter sur vous. Même à 4 heures du matin s'il faut.

Vous êtes à nouveau en ligne