Prenez soin de vous. Développez vos compétences humaines

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, il faut accepter ne pas être parfait.

Accepter ses imperfections, apprendre de ses échecs, être bienveillant envers soi-même... Et si derrière ces mots si souvent répétés et entendus, il y avait de réelles solutions pour mieux vivre au quotidien ? Il faut faire une pause et s'accorder quelques minutes pour vous poser deux questions. De quoi ai-je le plus besoin maintenant ? De temps, de reconnaissance, d'amour et qu'est-ce que je peux changer pour l'obtenir ?

Des questions légitimes face à l'environnement de plus en plus incertain auquel nous sommes confrontés, alors qu'en parallèle, nous avons de plus en plus besoin de nous sentir bien, de trouver un équilibre et d'aller vers plus de bien-être. Pour David Chouraqui, à la tête de Wingmind, un cabinet de coaching et de conseils en management, spécialisé dans la mesure de l'engagement et du bien-être, il y a deux options principales : soit vous décidez de changer le monde, soit vous essayer de vous changer, vous. Et pour cela, vous allez devoir travailler sur certains traits de votre personnalité.

Personne n'est parfait 

Vous allez d'abord devoir accepter que le monde n'est pas parfait. Vous non plus d'ailleurs et c'est tant mieux. Cette première prise de conscience va vous permettre d'en finir avec ce perfectionnisme qui vous rend perpétuellement insatisfait. Elle va aussi vous aider à accepter la réalité telle qu'elle est avec ces contraintes et de là, à choisir le meilleur chemin possible, plutôt que de rester bloqué sur ce qu'il aurait dû être. Loin d'être une attitude passive, cette démarche exige au contraire de se placer dans l'action, pour ne plus se laisser dire : "Je n'y peux rien.", "Ce n'est pas de ma faute", mais "Quelles sont mes options ? Qu'est-ce que je choisis ?

Tirer des leçons de ses échecs

 Il existe un risque, celui de se tromper. Mais c'est pourtant comme cela qu'on apprend, et c'est la troisième compétence sur laquelle vous pouvez travailler, selon David Chouraqui. Comment tirer des leçons de ses échecs ? Comment ne plus y voir une sentence, mais une tentative. Une manière bienveillante de vous apprécier, vous, vos qualités et vos défauts. De vous mettre à l'écoute de vos besoins, d'apprendre à dire non, pour ne pas vous oublier, voire vous mettre en danger. Vous serez alors plus à même d'être en empathie avec ceux qui vous entourent. Et de mieux communiquer avec eux pour apaiser les conflits. Une précision importante. Inutile de chercher à tout changer d'un coup. Allez-y plutôt étape par étape.

Vous êtes à nouveau en ligne