L'opéra plus féministe que la chanson ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cette chronique explore des recoins inattendus de notre patrimoine populaire, avec un invité permanent, Vincent Delerm. Aujourd'hui, écoutons comment l’art lyrique peut défendre la liberté des femmes.

 « Je suis féministe et je ne reconnais pas l’autorité de l’homme ». En 1947, quand est créé l’opéra bouffe Les Mamelles de Tirésias de Francis Poulenc d’après la pièce de Guillaume Apollinaire, cela fait à peine deux ans que les Françaises ont le droit de vote. Et je ne pense pas qu’alors une chanteuse de variétés clame aussi franchement : je suis féministe.

Il est significatif que le mot apparaisse d’abord dans la musique savante. On pourrait croire que, tout d’une traite, le monde de l’opéra serait traditionnaliste, donc réactionnaire, donc opposé par principe à représenter des femmes libres. Il est vrai qu’il y a un peu de dossier, en la matière, y compris dans les opéras les plus populaires – ceux qui n’appartiennent pas uniquement au monde des salons, mais bien l’opéra tel que le peuple l’aime et le chante, à commencer par Carmen .

 

Dans cette chronique, vous entendez des extraits de :

 

Barbara Bonney, Non monsieur mon mari ("Les Mamelles de Tirésias", acte I),1947 (enregistrement de 1996)

Roberto Alagna, La Donna e mobile ("Rigoletto", acte III),1851 (enregistrement de 1995)

Jane Rhodes, L'Amour est enfant de Bohème ("Carmen", acte I),1875 (enregistrement de 1950)

Vincent Delerm lit L'Amour est enfant de Bohème ("Carmen", acte I),2016

Trio des dames ("La Flûte enchantée", acte I),1791 (enregistrement de 1973)

Barbara Bonney, Non monsieur mon mari ("Les Mamelles de Tirésias", acte I),1947 (enregistrement de 1996)

Vincent Delerm lit Non monsieur mon mari ("Les Mamelles de Tirésias", acte I),2016

Moriarty, L'Amour est enfant de Bohème (BOF "La Véritable histoire du chat botté"),2009

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

 

Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et France Info.

 

 

(dico bd ok)

 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

 

Toute l’année, de la fin août à mi-juillet, vous pouvez écouter notre chronique qui explore les grandes thématiques évoquées par la chanson, Ces chansons qui font l'actu. 

 

 

Vous pouvez retrouver sur le site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série de l’été dernier, consacrée à des rumeurs, on-dit et fausses réputations, Ça sonne faux.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.