Planète influenceurs. Akash Banerjee, un youtubeur satirique indien que le gouvernement cherche à censurer

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Cet été, franceinfo vous emmène à la rencontre des influenceurs et des influenceuses du monde. Chaque jour, un homme ou une femme qui s'engage et met sa notoriété numérique au service d'une cause. Aujourd'hui, nous suivons Akash Banerjee en Inde qui s'est spécialisé dans la satire politique.

C'est un genre nouveau et décapant en Inde. Akash Banerjee a créé l’une des chaines YouTube les plus populaires dans son pays dans le domaine de la satire politique. Lunettes noires sur le nez, collier religieux autour du cou, il incarne le Deshbhakt : le patriote, en hindi. Il s'agit, selon lui, d'une arme pour mieux critiquer.  

Un ancien journaliste devenu youtubeur

"Le nationalisme résiste aux faits et aux critiques, explique Akash Banerjee. Tous les politiciens s’en servent pour accuser ceux qui les questionnent d’être des traitres. Pour les contrer, j’ai donc décidé, par ironie, de devenir l’autorité de certification du patriotisme. Et d’appeler ma chaine "Deshbhakt", le Patriote." 

Akash Banerjee a travaillé comme journaliste pendant 15 ans, mais il ne croit plus à l’indépendance des médias traditionnels, contrôlés par des entreprises proches du pouvoir. Il y a trois ans, il a donc créé cette chaine YouTube en hindi, la langue du peuple où, comme Trevor Noah aux Etats-Unis, il tourne les élus en dérision et imite les nationalistes qui soutiennent aveuglement le gouvernement. "L’une de nos vidéos les plus populaires est l’une des plus simples, assume Akash Banerjee. On voit le Premier ministre Modi porter un vase sur sa tête et des promesses en tombent. Dix promesses qu’il a faites et que nous sommes fatiguées d’entendre comme 'les jours glorieux sont arrivés' ou 'l’essence va devenir moins chère'. La vidéo a été vue plus de quatre millions de fois." 

"Un journaliste traditionnel peut faire toutes les recherches et calculs qu’il veut, mais qui va le lire ? Par contre si quelqu’un comme moi prend tous ces chiffres et les rend accessibles aux gens du peuple, cela dérange."

Akash Banerjee

à franceinfo

Sa chaine a déjà dépassé les deux millions d’abonnés, l’une des plus populaires en Inde dans le domaine. Mais le gouvernement n’apprécie pas ce succès. De nouvelles règles imposent à ce genre de plateformes qui commentent l’actualité, des règles de modération très strictes. Un obstacle potentiel à ce travail de satiriste.

Vous êtes à nouveau en ligne