Sauver le Jourdain, fleuve sacré

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le Jourdain, gravement malade, pollué, asséché par la surexploitation de ses eaux, que se partagent quatre pays : Syrie, Liban, Jordanie et Israël.

En un siècle, le débit  est passé de 1,2 milliard de mètres cubes par an, à 40 millions de mètres cubes.Comment en est-on arrivé là ?

 Au nord

A la frontière avec le Liban, le Jourdain est encore bleu. 

La source, entourée de papyrus, apparaît limpide, des activités nautiques sont organisées pour les amoureux de plein air.

(Près de la source, l'eau est encore vive et limpide. © Géo Franck Vogel.)

En amont du lac, la Syrie se sert au passage, en multipliant les barrages sur les affluents du Jourdain. Plus bas, la Jordanie a construit un canal , pompe l’eau pour irriguer les serres et approvisionner sa capitale, Amman, ce qui contribue à assécher le cours.

Le reporter de Géo Franck Vogel accompagné de Moshe Gilad a suivi le fleuve depuis sa source jusqu’à la mer Morte.

Première étape, pour le Jourdain

Le lac de Tibériade, Israël en a fait son principal réservoir d’eau.

Au sud 

Après 251 kilomètres, le Jourdain se transforme en un triste ruisseau - ne représentant plus que 10% de son débit originel- charriant les eaux usées, et il finit épuisé dans la mer Morte. 

(Côté mer Morte, le fleuve sacré fait peine à voir.© Géo Franck Vogel)
Vous êtes à nouveau en ligne