Planète Géo. La Louisiane, 13 ans après Katrina

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les répercussions du réchauffement climatique sont au centre de la COP 24, la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui s'est tenue en Pologne. La Louisiane connaît déjà les effets sur son littoral.

Le littoral de la Louisiane est en train de s’enfoncer et le petit monde des Bayou- magnifiques entrelacs de langues de terre et bras d’eau- au sud de l’Etat américain est en perdition...tandis que La Nouvelle Orléans a refait surface.

Disparition des bayous

Des méandres du Bayou à la Nouvelle Orléans, Marc Ouahnon a exploré la Louisiane pour le magazine Géo.

Plusieurs facteurs expliquent leur disparition : l’élévation du niveau de la mer, l’érosion côtière, les glissements de terrain, les 16.000 kilomètres de canaux creusés par l’industrie pétrolière. 

Dans les bayous, la végétaton du delta se meurt lentement.
Dans les bayous, la végétaton du delta se meurt lentement. (FRANK RELLE / GEO)

L’Isle de Jean Charles, est petit à petit engloutie : beaucoup d'habitants ont fui. Jusqu'à 700 familles vivaient ici au début des années 1900.

"Aujourd'hui, il n'en reste qu'une cinquantaine. "Ces habitants pourraient constituer les premiers réfugiés climatiques des Etats-Unis, avec les habitants de l'Alaska concernés par la fonte des glaces".

L' après Katrina

La construction de digues est censée préserver des crues engendrées par les cyclones et freiner l’érosion. Ainsi, les eaux du golfe du Mexique et du lac Pontchartrain ne viennent pas inonder les zones habitées.

Mais "une catastrophe comme celle provoquée par l’ouragan Katrina a montré que les aménagements structurels, aussi importants soient-ils, ne font, au mieux, que ralentir la dégradation du milieu".

Seule, la restauration de l\'écosystème pourrait sauver ces îlots.
Seule, la restauration de l'écosystème pourrait sauver ces îlots. (FRANCK RELLE/ GEO)

13 ans après le passage de l’ouragan Katrina qui a fait plus de 1.800 morts en Louisiane, les séquelles sont encore visibles dans certains quartiers de La Nouvelle-Orléans.

Près de Lafitte Greenway, une promenade aménagée sur une ancienne voie ferrée.
Près de Lafitte Greenway, une promenade aménagée sur une ancienne voie ferrée. (FRANK RELLE/ GEO)

"Dans le Lower Ninth Ward, le quartier le plus touché, Charbonnet Street, envahie par les nids-de-poule, où les maisons laissées vacantes sont marquées par une croix dessinée à la craie sur la porte… Levee Exhibit Hall and Garden, le "Jardin d’exposition des levées" : des pancartes ex­pliquent pourquoi les digues au­tour du Pontchartrain, le lac qui marque la frontière septentrionale de la ville, ont fini par céder. Dans le cimetière du Charity Hos­pital, lieu de sépulture de 80 victimes non identifiées".

La Nouvelle Orléans renaît

Sur les ruines de cette catastrophe, une nouvelle génération d'entrepreneurs est née. La ville qui compte 400.000 habitants, se situe désormais à la pointe de l'engagement en faveur du développement durable, aux États-Unis.

Un brass band a pris d\'assaut Frenchmen street, le temple du jazz.
Un brass band a pris d'assaut Frenchmen street, le temple du jazz. (BRYAN TARNOWSKI/ GEO)

"Dans la rue Bartholomew, au coeur du quartier de Saint-Claude, les petites maisons sont équipées de panneaux solaires et dotées d’un jardinet...on a construit un Musicians’ Village, avec toutes les structures nécessaires pour accueillir les musiciens et pour préserver ce qui fait l’âme de La Nouvelle-Orléans : la musique !

Le City Park est un symbole dans une cité qui se veut plus verte. Sur une ligne de che­min de fer désaffectée, de Treme à Bayou Saint-John, a aussi été inaugurée, en 2015, une prome­nade plantée de quatre kilomètres, la Lafitte Greenway.

La Nouvelle-Orléans compte désor­mais 1 200 restaurants, soit 200 de plus qu’avant Katrina.

La ville qui fête, cette année, le 300e an­niversaire de sa fondation attire à nouveau,  la fréquentation touristique a désormais dépassé le niveau d’avant-Katrina, avec 10,4 millions de touristes en 2016, le tourisme, qui a rapporté 8,7 milliards de dollars l’année dernière, est le pilier de l’économie locale".

Vous êtes à nouveau en ligne