Planète Géo. L'Irak, un patrimoine en danger

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Montrer la face culturelle de l'Irak, c'est d'abord s'intéresser à l'un des plus grands pélerinages au monde qui vient de se dérouler dans la ville sainte de Kerbala. C'est aussi revenir sur les principaux sites archéologiques du pays, pillés ou négligés. 

La semaine dernière, ils étaient entre 13 à 17 millions de chiites venus du monde entier, à se rassembler dans la ville sainte de Kerbala, au sud de Bagdad. Ivan Erhel filme la procession mais pas seulement : il plonge son regard dans la culture irakienne, revient sur les principaux sites archéologiques de l’Irak.

Le pèlerinage de Kerbala

Au sud de Bagdad, Kerbala est un des lieux saints du chiisme, cette branche de l’Islam qui concerne 15 à 20% de la population musulmane.

Mosquée Al Husayn.
Mosquée Al Husayn. (Libre de droits.)

Ce pèlerinage annuel commémore la fin des 40 jours de deuil consécutif à l’assassinat d’Hussein, petit-fils du prophète Mahomet, par les troupes du calife de Damas, lors de la bataille de Kerbala, en 680. 

C'est la bataille qui donna lieu au grand schisme entre les sunnites et les chiites, clé des déchirements de l'islam d'aujourd'hui.

Des trésors archéologiques en péril

Le pays compte plus de 30 000 sites archéologiques dont seulement 5% ont été étu­diés de façon approfondie. Dans le magazine "Géo", Ivan ERHEL fait le tour des sites archéologiques, l'intégralité du patrimoine est en danger. En cause, la succession des conflits depuis 40 ans.

Le nord du pays a été occupé par l’organisation Etat islamique (l’EI) de 2013 à fin 2017. "La spécificité de l’EI est d’avoir prétendu légi­timer par la religion ces offenses faites à la mémoire collective".

 

Les ruines de la mosquée de Nabi Younès.
Les ruines de la mosquée de Nabi Younès. (IVAN ERHEL / GEO)

A Mossoul :  "la mosquée Nabi Younès, construite par Assarhaddon, petit-fils de Sargon II et roi d’Assy­rie, une région du nord de l’ancienne Mésopota­mie, de 680 à 668 avant notre ère, a été détruite par l’organisation Etat islamique (EI) en juillet 2014. Sous la mosquée, ils ont mis à jour le palais d’Assarhaddon, l’EI a pu décou­vrir de nombreuses reliques, mais a réduit à néant les chances d’en apprendre davantage sur ce site archéologique majeur".

Nimroud : "c'est l’un des sites qui a payé le plus lourd tribut à l’EI. Cette cité est à une centaine de kilomètres au sud de Dahuk, capitale de l’Assyrie sous le règne d’As­sourbanipal II (883-859 av. JC), et nommée d’après un personnage biblique et héros mésopotamien, s’étendait autrefois sur plus de 370 hectares. Elle est détruite à plus de 90% à coups de barils d’ex­plosifs disposés tous les trois mètres contre les bas-reliefs".

Ziggourat érigée au XIVe siècle av.J.C.à l\'ouest de Bagdad, victime de l\'érosion.
Ziggourat érigée au XIVe siècle av.J.C.à l'ouest de Bagdad, victime de l'érosion. (JEAN-FRANCOIS LAGROT / GEO)

 Au sud du pays, les trésors archéologiques ont été relativement préservés mais sont menacés par l’érosion. C’est le cas de la cité d’Ourouk en Mésopotamie, là où a commencé l’écri­ture, en 3 500 av. Jésus Christ. Cette cité-État fut très puissante aux IVe et IIIe millénaire avant J.-C

Face à ces destruc­tions, la grande majorité des Irakiens est conster­née. Pour l’immense majorité des Irakiens, l’héritage mésopotamien est une des rares sources de fierté nationale.  

Vous êtes à nouveau en ligne