Planète Géo. Islande, des hommes et des moutons

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En Islande, la transhumance a pris un sens profond après la crise de 2008 et mobilise tout un pays : moments d'entraide et de solidarité.

Le Réttir, une grande saga

Le mois de juin est marqué par les transhumances, la montée des troupeaux en alpages. Puis vient le retour à la fin de l'été, le Réttir, comme ils l'appellent en Islande. Pas moins de 200 rassemblements se déroulent à travers tout le pays pour faire redescendre un million de moutons. Un moment éreintant pour tous les participants : aussi bien les hommes - éleveurs, bergers et rabatteurs - que pour les fameux chevaux islandais : des chevaux  trapus et agiles sont les meilleurs alliés des éleveurs. Leurs ancêtres ont été importés par les Vikings aux IXe et Xe siècles.  

  Depuis 5 ans, Olivier Joly  suit ce moment très important et son reportage photos est publié dans le magazine Géo.

L'âme islandaise

"C’est l’âme profonde de l’Islande, une âme qu’elle a retrouvée après la grave crise financière traversée en 2008".

Les Islandais vivent des moments forts d’entraide et de solidarité comme le faisaient leurs parents, leurs aïeux.

Un personnage central : Kristinn Guðnason, le roi des montagnes qui répartit les rôles entre bergers confirmés et jeunes volontaires. "Ca permet de garder les pieds sur terre, au contact avec cette nature rude".

Expérience vécue avec les éleveurs dans des contrées très reculées :        Comme dans la réserve de Fjallabak où se trouve la vallée de la Jökulgell, située au pied d’un glacier où les véhicules sont interdits sauf pour le réttir.        Traversée de la Jökulgil, une rivière glaciaire profonde et agitée…pour "arriver quelques kilomètres plus loin, en fin de vallée, face au glacier Torfajökull".

Le dernier jour, événement familial et festif : "Chaque bête est restituée à son propriétaire. Rares sont les moutons égarés ; si besoin, une seconde battue est effectuée".

Vous êtes à nouveau en ligne