Planète Géo. Gardien de temple à Kyoto

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Kyoto au Japon, une ville fascinante, riche en sanctuaires à l’instar du légendaire Pavillon d'Or.

Kyoto séduit tous les voyageurs. Depuis des siècles. Avec ses sanctuaires légendaires. Mais contrairement aux idées reçues, les moines et les bonzes qui s'en occupent ne sont pas des contemplatifs !

La culture traditionnelle japonaise

L'ancienne capitale impériale compte pas moins de 1 600 temples bouddhistes, 400 sanctuaires shintoïstes et plus de 200 jardins japonais. Kyoto qui n'a pas subi les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, fait partie des villes au patrimoine culturel parmi les plus exceptionnels au monde. 17 sites sont inscrits sur la liste du patrimoine de l’Humanité, de l’UNESCO.

 Les Japonais privilégient les sanctuaires shintoïstes pour les mariages et naissances, les temples bouddhistes pour les cérémonies funéraires.

Des gardiens de temple contemporains

Contrairement aux apparences, les moines et les bonzes qui en ont la charge des temples, n’appartiennent pas à un monde figé, et s’impliquent dans la vie moderne du Japon. Des rencontres étonnantes que propose Raphaëlle Brillaud dans le magazine Géo, avec la complicité de Jean-Christophe Servant.

"Là où on s’attend à  un univers figé, on découvre à la place, des hommes soucieux et sincères. Le cheminement personnel de chacun des moines n’est pas facile".

 Le supérieur Raitei  Arima, 84 ans, à la tête du Pavillon d’Or et du Pavillon d’Argent, milite contre l’utilisation de l’armement nucléaire.

L'exemple de Takafumi Kawakami : "il a fait ses études aux USA, a organisé les premiers mariages gays au Japon. Il a des chambres d’hôtes dans le temple pour ceux qui viennent apprendre la méditation".

Autre figure montante dans le monde bouddhiste japonais

Daïko Matsuyana, 40 ans : chaque année, il donne des conférences sur le zen à l’étranger.

 Des bonzes, des prêtres qui ne sont pas des contemplatifs, en voici un autre, un Français, moine zen : Pierre, appelé aujourd'hui Turlur, enseigne à l’institut français du Kansaï et au lycée français de Kyoto.

Vous êtes à nouveau en ligne